Parti Communiste International
Février 2017
LES NATIONALISMES KURDES, INSTRUMENTS CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRES DANS LA POUDRIÈRE DU MOYEN ORIENT

 
L’histoire tourmentée des tribus kurdes faite de promesses et de trahisons

Nous revenons une nouvelle fois sur les vicissitudes de la population Kurde, mais celles-ci seraient incompréhensibles si nous ne les remettions pas dans la question plus générale du Moyen Orient et de la guerre que se livrent à l’échelle mondiale les grands Etats impérialistes, américain, chinois et russe, dans la conquête des marchés. L’histoire des Kurdes est celle des peuples qui ne parviennent pas à se faire une place dans l’histoire, et sont complètement tributaires des nations les plus puissantes. Leur seule issue fut et demeure celle de se rebeller contre l’oppresseur, en recherchant l’aide du plus offrant, construisant ainsi leur longue histoire faite de promesses et de trahisons. Déjà lors des confrontations des empires ottoman et perse pour la maîtrise du Moyen Orient, les princes kurdes choisissaient leur camp en fonction des rapports de force, et pas toujours du même côté. En 1514, la Sublime Porte fixait définitivement ses frontières avec la Perse, mais les rébellions kurdes ne cessèrent pas pour autant, et furent régulièrement défaites. Ahmede Khani, poète, astronome, sunnite et philosophe kurde, écrivait ainsi dans son célèbre Mem et Zin au 17 ème siècle : « Dieu a fait ainsi : il a placé le Turc, le pPrse et l’Arabe au dessus de nous. Je m’étonne du destin que Dieu a réservé aux Kurdes (…) Comment se fait-il que les Kurdes ont été privés de l’empire du monde et soumis aux autres ? Les Turcs et les Perses sont entourés par des murailles kurdes. Chaque fois que les Arabes et les Kurdes se mobilisent, ce sont les Kurdes qui sont massacrés. Toujours divisés, dans la discorde, ils n’obéissent ni à l’un ni à l’autre. Si nous étions unis, ce Turc, cet Arabe et ce Perse seraient nos serviteurs ». Nous voici donc face à un peuple qui n’a jamais pu construire un empire, ni au 19ème siècle une nation, mais qui jusqu’à ce jour semble persévérer dans ce projet.

Les bouleversements politiques de 1908 avec la conquête du pouvoir de la part du CUP (Comité Union et Progrès des Jeunes Turcs) à Istanbul, et l’éclatement de la première guerre mondiale, fit espérer aux Kurdes un changement. Mais la fin de cette guerre marqua une autre étape dans le chemin tourmenté des Kurdes. Le projet politique d’un Etat unitaire et autonome est né à la fin du 19ème siècle, sous l’Empire Ottoman et s’est largement développé dans les années de la première guerre mondiale. L’effondrement de l’Empire Ottoman et le partage immonde de ses dépouilles entre les puissances impérialistes victorieuses firent le reste. L’Empire fut divisé en différentes Etats liées à l’un ou l’autre des pays vainqueurs. Face à la résistance au démembrement, menée militairement par le turc Mustafa Kémal, puis à son nationalisme forcené qui excluait toutes les minorités (Arméniens dont les massacres avaient commencé dès 1915 et auxquels participèrent des tribus Kurdes, Assyriens, Grecs) le plus souvent manipulées par les impérialistes, on promit perfidement – en s’appuyant sur le pseudo humanisme du président américain Wilson et son « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » – une terre aux Kurdes qui dès 1921 se disputaient l’Anatolie avec les nationalistes turcs. Et puis on les abandonna avec l’alignement des puissances européennes lors du traité de Lausanne de 1923 sur certaines exigences « vitales » pour la nouvelle Turquie d’Atatürk et selon les intérêts stratégiques et pétroliers à partager entre les vainqueurs. Les populations kurdes se retrouvaient ainsi au début du 20ème siècle au Moyen Orient partagées artificiellement entre quatre nations – le sud-est de la Turquie, le nord de la Syrie, le nord-est de l’Irak et l’ouest de l’Iran –, nations opposées entre elles pour le contrôle de la région que s’arrachaient par ailleurs les puissances impérialistes comme la France, la Grande Bretagne et l’URSS ; des villages, des familles, des tribus, des chemins de caravane et de troupeaux, se trouvèrent ainsi séparés par des barrières de fil barbelé. Les Kurdes tentèrent de nombreuses fois de se rebeller, et furent victimes de politiques répressives féroces, d’installation de population arabe dans les zones peuplées de Kurdes et de déportation de Kurdes dans les zones arabes, et nombre d’entre eux furent contraints à l’exil. En Syrie comme en Turquie, la langue kurde fut interdite, les noms des villes furent arabisés. Leur séparation sur quatre nations différentes et donc leurs révoltes continuelles devaient les transformer en un instrument « diplomatique » et militaire, utilisable par les nations concurrentes et par les pays impérialistes qui dominaient la région. C’est-à-dire un moyen de pression et de marchandage lors des disputes de pouvoir entre toutes ces nations aux intérêts divergents : un gouvernement encourageait à la révolte un des groupes kurdes de la nation à combattre, et quand le but « diplomatique » était atteint, la promesse d’aider la partie Kurde à se « libérer » de son joug était oubliée. En 1918-24, les Anglais utilisèrent Sheikh Mahmoud (chef de clan dans l’Irak kurde actuel) et ses rêves autonomistes en Irak, dans la question de Mossoul, riche en pétrole et en céréales, que briguait également la Turquie, puis ils s’en débarrassèrent quand Mossoul revint définitivement à l’Irak, sous la férule de leur protégé, le roi Faysal, par le traité de Lausanne en 1923. En 1918-22, en Perse riche en pétrole et que les Anglais se disputaient aux Russes, le puissant chef de tribus kurdes Simko se rebella avec l’aide de la Turquie mais fut assassiné par des soldats perses en 1931. La même année, le clan Barzani, avec les frères Ahmed et Mustafa, prenait la succession de Mahmoud et organisait régulièrement des révoltes contre la monarchie irakienne qui les combattit avec l’aide des britanniques. Les deux frères durent s’enfuir dans la partie nord de l’Iran en 1945, alors aux mains des Soviétiques (Azerbaïdjan actuel) qui les soutinrent pour créer la république kurde de Mahabad, capitale du Kurdistan iranien, rapidement renversée par les troupes iraniennes après le retrait de l’URSS qui suivit les accords de Yalta. Les frères Barzani purent s’enfuir jusqu’à Moscou. Le Parti démocratique kurde ou PDK, se proclamant alors marxiste léniniste, fut fondé en 1946 sous la présidence de Mustafa Barzani. En 1924-37, en Turquie, éclatait une série de révoltes kurdes qui furent durement réprimées avec l’aide de la Perse (où sévissait également une révolte kurde) et de la Russie (à Bakou, en Azerbaïdjan soviétique, une révolte kurde avait également éclaté).

Dès les années 50, après une série de défaites et de répressions, le mouvement kurde dans son ensemble se tourna alors vers des tentatives de reconnaissance de la part des Etats auxquels ils appartenaient, changeant d’alliance au gré des rapports de force entre les nations et parfois se combattant entre groupes kurdes. En juillet 1958, les combattants de Barzani, revenu de son exil soviétique, appuyaient en Irak le coup d’état du général Kassem, pro-nassérien et soutenu par l’URSS, qui leur promit un Kurdistan autonome. Les milices kurdes alliées à celles du PC Irakien (stalinien) participèrent à une violente répression d’une révolte de la population turkmène à Kirkouk, puis à la répression contre le PCIrakien aux côtés de l’armée de Kassem ! Mais tous ces renversements d’alliance n’aidèrent guère à soulager les populations kurdes et bien vite le nationalisme arabe brisa la collaboration avec les Kurdes au début des années 60. Les aspirations de la Syrie à construire une « ceinture arabe », et celles de l’Irak à prendre la tête du monde arabe, conséquence de la naissance de la RAU (République Arabe Unie) de Nasser en Egypte, rompirent l’équilibre arabo-kurde avec l’éclatement des cinq guerres kurdo-irakiennes entre 1961 et 1975 où les Kurdes irakiens de Barzani furent soutenus par le Shah d’Iran, appuyé lui-même par les USA en lutte comme les Anglais contre l’impérialisme soviétique. La Syrie qui avait rompu avec l’Egypte rejoignait le gouvernement irakien, et commençait une campagne anti kurde. Pour l’Iran, il s’agissait de combattre les ambitions expansionnistes arabe et turque, et pour cela le Shah appuyait matériellement la guérilla kurde en Irak dirigée par Mustafa Barzani, qui passait du camp soviétique dans le camp anglo-américain. Il se débarrassa de son aile « gauche » dirigée par Talabani en 1964. En 1967, les troupes de Barzani participaient à la répression des Kurdes iraniens aux côtés des troupes de Téhéran ! En 1970, Saddam, pour venir à bout de la résistance kurde, conclut un pacte avec le PDK de Barzani dont certains militants participèrent au gouvernement irakien jusqu’en 1973, contre une promesse d’autonomie qu’il ne tint évidemment pas ; bien vite Saddam Hussein trahit le pacte et la répression contre les Kurdes recommença. Barzani, soutenu financièrement par les gouvernements américain et israélien, repassa dans le camp iranien. Mais aux accords de l’OPEP à Alger en 1975, l’Irak abandonnait à Téhéran l’estuaire du Shatt-al Arab, objet de conflits incessants avec l’Iran, qui en échange abandonnait son soutien aux Kurdes de Barzani. La répression commune irano-irakienne anti-kurde provoqua la déportation, l’exil et la mort de milliers de civils. Barzani s’exila cette fois-ci aux USA où il mourut en 1979.

Talabani de retour à Bagdad annonça alors la création de l’Union Patriotique Kurde ou UPK avec l’appui de Saddam Hussein, espérant prendre la place laissée vide par Barzani et le PC Irakien au Kurdistan irakien ! Dès 1978, des affrontements éclataient entre l’UPK influent au sud du Kurdistan irakien et le PDK, influent au nord, dont la direction passait au fils de Mustafa Barzani, Massoud. Ce dernier rallia le mouvement iranien de 1979 orchestré par l’Ayatollah Khomeini qui le soutint dans sa lutte contre l’UPK qui soutenait alors Bagdad. En 1980 débutait le terrible conflit irako-iranien. Durant les années de la longue guerre irako-iranienne, les parti kurdes se réorganisèrent et contrôlèrent de vastes territoires montagneux en Iran et en Irak, malgré les bombardements chimiques massifs contre la population civile kurde par l’armée irakienne. En 1987, le PDK, l’UPK qui n’étaiten pas à une volte-face près, et le PCIrakien formaient un front rejoignant les forces iraniennes pour lutter contre le régime de Saddam Hussein, tandis que les partis kurdes iraniens se rangeaient du côté de l’Irak. Saddam se vengea en orchestrant en 87-89 un véritable génocide kurde qui ne provoqua aucune protestation des gouvernements occidentaux !

La fin de la première guerre du Golfe en 1988 eut des effets négatifs pour les Kurdes provoquant l’exode des dirigeants et des guérilleros kurdes vers l’Occident. La tentative de négociations entre les mollahs de Téhéran et les parti kurdes iraniens autonomistes qui durant la guerre irano-irakienne avaient pris partie pour l’Irak se termina par l’assassinat en 1989 à Vienne par un commando iranien de trois principaux chefs kurdes iraniens. La même année l’URSS s’effondrait et les USA partaient en guerre contre l’Irak qui avait envahi le Koweit en 1990.

La déroute de l’armée irakienne fut totale, mais les Américains se gardèrent bien de renverser le tyran irakien. La population irakienne, rejointe par les déserteurs de l’armée s’insurgeait, encouragée par le président Bush, contre Saddam. Dès mars 1991, alors que le cessez-le-feu venait d’être décrété entre les USA et Bagdad, l’insurrection démarra dans le sud du pays autour de Bassora, puis s’étendit à tout l’Irak. Les insurgés demandèrent de l’aide à la coalition occidentale mais sans effet, et l’Iran n’osa pas intervenir. Les généraux américains autorisèrent même les troupes d’élite de Saddam à utiliser des hélicoptères, de l’artillerie lourde, et des armes chimiques contre les villes du sud. Toutes les armées bourgeoises se rangeaient contre le prolétariat en arme !!

Au Kurdistan irakien, le soulèvement avait gagné toutes les villes et des conseils ou soviets surgirent sur les lieux de travail, dans les quartiers, organisés par des groupuscules (Courant Communiste, Perspective ouvrière qui en 1993 formèrent le Parti Communiste Ouvrier d’ Irak), rencontrant rapidement l’hostilité de l’UPK et du PDK. Ayant maté l’insurrection dans le sud, les troupes de Saddam Hussein passaient à l’offensive au Kurdistan le 28 mars, bombardant avec des armes chimiques les populations kurdes terrorisées qui tentaient de fuir. Ce ne fut que le 16 avril, après le travail de « nettoyage » des troupes irakiennes, que l’armée américaine se décidait à intervenir et créait une « zone de sécurité » (zone d’exclusion aérienne pour l’aviation irakienne) dans la zone kurde !! L’insurrection de l’Irak de mars 1991 qui fut écrasée dans le sang par les troupes de Saddam Hussein, aidées par les alliés occidentaux, ne souleva ni les protestations des pays arabes, inquiets de l’extension du mouvement, ni des partis de gauche arabes ou internationaux qui appuyèrent l’hypocrite message de libération du pays clamé par les impérialistes occidentaux.

Sous l’égide des vainqueurs américains, des élections furent organisées en 1992 au Kurdistan irakien et le PDK l’emportait sur l’UPK. Un gouvernement régional du Kurdistan irakien était créé tandis que les partisans des deux partis s’entre-déchiraient jusqu’en 1998 provoquant la mort de 4 000 Kurdes, l’UPK soutenu par le régime iranien de Khomeini (en échange, il devait lutter contre les opposants kurdes iraniens) et le PDK par les USA et la Turquie (en échange, le PDK devait lutter contre le Parti des travailleurs du Kurdistan ou PKK turc). Puis en 2003, les partis kurdes s’unirent à nouveau pour appuyer les troupes US contre Saddam Hussein. Ils furent « récompensés » par l’occupant américain avec l’adoption d’une constitution fédérale irakienne reconnaissant officiellement l’autonomie du Kurdistant irakien, un poste de président dans le gouvernement irakien pour Talabani (UPK) et celui de président de la région autonome du Kurdistan irakien pour Barzani (PDK). Ce Kurdistan irakien autonome qui jouxte les frontières avec la Turquie et l’Iran constitue une économie basée sur la rente pétrolière obtenue grầce à des exportations vers la Turquie et l’Iran, et le régime autoritaire et clientéliste de Barzani en assure la « paix sociale ». L’administration américaine tient là un pion stratégique majeur, des mercenaires efficaces, qu’elle peut instrumentaliser dans ses tractations machiavéliques avec le gouvernement central de Bagdad, ou la Turquie (le QG du PKK se trouve désormais au Kurdistan irakien), l’Iran, la Syrie. La lamentable histoire des factions kurdes, faite d’alliances et de trahisons n’est pourtant pas close !

Les quatre Kurdistan(s) et leurs velléités autonomistes participent au jeu machiavélique des puissances impérialistes adverses

Le Kurdistan est une région montagneuse qui couvre environ 550 000 km² (comme la France) à cheval sur l’Iran, la Turquie, la Syrie et l’Irak. A ce jour, on peut donc distinguer 4 « Kurdistan(s) ».

Le premier est le Kurdistan turc (Anatolie du sud-est), riche en eau (Israël en espère beaucoup (1) ) et en pétrole ; il couvre 210 000 km² avec 10 millions de Kurdes soit 14 % de la population turque. Cette région est marquée par les actions du mouvement autonomiste armé, le Parti des Travailleurs du Kurdistan ou PKK, formé en 1978, d’obédience « marxiste-léniniste » jusqu’en 1994, et lié à la Russie, et la population kurde est représentée par différents partis au Parlement turc (80 députés lors des élections de 2015). Son fondateur Öcalan Abdullah lance sa guérilla séparatiste en Turquie dès 1984 en installant son QG à Damas, où la dictature Assad l’utilise pour menacer la Turquie et quadriller la population kurde syrienne, et ce jusqu’en 1998 ; en effet la Turquie menaçait alors d’intervenir en Syrie si le soutien de Damas au PKK se poursuivait. A cette date, le régime syrien change de tactique et combat le PKK. Öcalan doit s’enfuir mais il est kidnappé par les services turcs en 1999 et est désormais détenu dans les prisons d’Ankara depuis 1999.

L’influence du PKK s’étend sur les 4 Kurdistan(s) et dans la diaspora kurde en Europe. La lutte armée du PKK contre le gouvernement turc a connu des moments durs (plus de 4 000 villages kurdes ont été détruits par le régime d’Ankara), et l’organisation figure sur la liste des organisations terroristes de nombreux pays (USA et Union européenne). Le PKK recrute des militants dans les quatre zones kurdes de la région et possède donc un réseau de commandements dans chacune de ces zones. Ce parti a été financé, armé et soutenu par l’URSS puis plus discrètement par la Russie et la Syrie des Assad qui lui a servi longtemps de base arrière. Mais des aides financières et matérielles lui ont été fournies par les USA et Israël. Une bonne partie de ses ressources provient également du trafic de l’héroïne. Depuis 2003, il organise des bases militaires au nord de l’Irak dans les monts Qandil, « tolérés » par le régime de Barzani. Des négociations de « paix » ont été entreprises dès 2006 entre Ankara et le PKK avec plusieurs tentatives de cessez-le-feu. Mais le gouvernement Erdogan a rompu le processus de paix à l’été 2015 lors d’un changement de tactique et son objectif prioritaire est de se débarrasser de la menace kurde sur son territoire et sur ses frontières. 

Le deuxième est celui irakien d’Erbil, au nord de l’Irak, qui couvre 74 000 km² ; il compte 4-5 millions de Kurdes (soit 20 % de la population irakienne) ainsi que des populations arabes que la politique de nettoyage ethnique de Saddam Hussein y a déportées. Cette région est largement autonome du pouvoir central de Bagdad, grâce à l’intervention américaine de 2003 ; la région autonome du Kurdistan irakien ou GRK est reconnue par la Constitution irakienne de 2005 et par la communauté internationale. La France y a ouvert un consulat à Erbil en 2007, après celui des Russes, suivi de bien d’autres nations. Dirigé par Massoud Barzani, chef du PDK, l’allié désormais indéfectible des USA, le régime est autoritaire et s’appuie sur le clientélisme. Depuis quelques mois il doit faire face à une puissante vague de contestations, sur fond de non paiement du traitement des fonctionnaires et d’accusations de corruption. En effet après avoir connu une période de faste économique à la fin des années 2000 grâce à ses ressources en hydrocarbures, en se positionnant comme carrefour commercial entre l’Europe et la Turquie d’une part, et l’Irak et l’Iran d’autre part, le Kurdistan irakien est entré en 2014 dans une grave crise économique. La baisse des prix mondiaux du pétrole, l’effort de guerre contre Daech et l’accueil de déplacés et réfugiés, ont provoqué une importante récession de l’économie locale. Des mesures d’austérité d’une ampleur sans précédent on été mises en œuvre en février 2016.

Il dispose de sa propre armée, les « peshmergas », équipés et financés par Washington, et il vend son pétrole, sans avoir toujours l’accord de l’Etat central, principalement à la Turquie, et également à l’Iran. En effet depuis la fin des années 2000, on assiste à un accroissement spectaculaire des relations économiques entre la Turquie et les autorités du Gouvernement régional kurde d’Irak qui se tournent également vers l’Iran, mais aussi Israël pour sa technologie militaire. Un beau jeu de dupes !

Le pétrole irakien se trouve dans la région du Kurdistan autour de Kirkouk, et dans la région de Bassora dans le sud avec des raffineries près de Kirkouk et de Bagdad. Les oléoducs partent de Kirkouk ou d’Erbil (au nord de Kirkouk) pour se rendre l’un en Turquie, l’autre en Syrie, le troisième se prolonge jusqu’au Golfe persique en passant par Bagdad. Dès 2014, Erbil a commencé à fournir du pétrole à la Turquie mais les canalisations qui se trouvent en Turquie ont fait l’objet de sabotage en août 2015 par le PKK dès l’arrêt des négociations de paix entre Ankara et le PKK. D’autre part le pipeline qui va vers la Syrie a été abandonné avec l’émergence de l’Etat islamique et de la guerre civile en Syrie. Un accord est en cours depuis 2014 pour la construction d’un oléoduc partant du Kurdistan irakien vers les raffineries iraniennes ; Téhéran doit jouer adroitement pour ne pas blesser le gouvernement irakien allié. Durant des années, le pétrole kurde était transporté par camions vers l’Iran, comme vers la Turquie.

Le troisième Kurdistan est celui iranien d’une superficie de 30 000 km², peuplé de 7 à 10 millions de Kurdes soit 10 % de la population iranienne. Ils sont soumis à un contrôle politique féroce de la part de Téhéran, avec plusieurs exécutions d’opposants kurdes par an, et demeurent les seuls Kurdes oubliés par la communauté internationale, car peu utilisables pour les stratégies impérialistes actuelles. En 1946, les Kurdes iraniens avaient proclamé leur indépendance (la brève République de Mahabad), encouragés en cela par l’URSS qui devait rapidement les abandonner en échange de leur participation permise par les USA sur l’exploitation du pétrole iranien ! Il ne dispose d’aucune autonomie politique ou administrative. Les partis kurdes y sont très divisés et les principaux chefs ont été pour la plupart assassinés : le Komala, « communiste » dont les membres sont réfugiés depuis 1984 au Kurdistan irakien, le parti démocratique du Kurdistan iranien PDKI (dont le leader Ghassemlou fut tué en 1989 à Vienne lors de négociations avec Téhéran), le parti pour une vie libre au Kurdistan, branche iranienne du PKK fondée en 2004. A noter que Barzani et le PKK ont interdit aux Kurdes iraniens de participer au front anti Daech en envoyant des combattants à Kirkouk, tandis que Barzani recevait en décembre 2014 en visite officielle Mohammad Jafari, commandant iranien, l’un des assassins supposés de Ghassemlou, véritable affront pour les Kurdes iraniens!

Le quatrième est le Kurdistan syrien (la Syrie a 800km de frontière avec la Turquie) ou « Rojava »(qui signifie ouest en kurde) qui en pleine guerre civile syrienne s’est déclaré autonome avec le soutien des puissances occidentales et russe. Les populations kurdes de Syrie occupent le long de la frontière turque trois enclaves séparées qui constituent le prolongement naturel des territoires kurdes de Turquie et d’Irak : la région de Cizre dont les trois quarts sont sous le contrôle de tribus kurdes et qui possède de riches gisements de pétrole, la région de Kobané qui est une région agricole, la région d’Efrin. Le Parti de l’Union démocratique ou PYD, créé en 2003, est contrôlé par le PKK turc ; son bras armé, le YPG, ou Unités de protection du peuple, se forme en 2011. Il participe au soulèvement kurde de mars 2004 avec d’autres formations syriennes, qui fut fment réprimé par le régime baath avec un véritable massacre de civils kurdes dans la région de Cizre. Damas a toujours affirmé son hostilité à toute autonomie kurde. Les Kurdes syriens n’ont acquis aucun droit fondamental, certains étaient mêmes privés de droits civils. Aujourd’hui en 2016, le PKK-PYD est retourné dans les bras de Bachar et Moscou est le premier pays à avoir accueilli un bureau représentant le PYD (sous forme d’organisation non gouvernementale), les Russes fournissant d’importantes quantités d’armes aux YPG, qui recoivent aussi le soutien US.

Les Kurdes en dehors du Kurdistan 

La kurdicité culturelle et le nationalisme kurde sont largement entretenus par les communautés installées à l’étranger et par les gouvernements qui les ont accueillies. Des centres culturels kurdes en Suède, et en d’autres pays européens, des sites internet, construisent des lieu de mémoire déterritorialisés et perpétuent le nationalisme kurde. En Europe, les Kurdes ont obtenu depuis les années 1970-1980 la reconnaissance d’une autonomie culturelle et disposent de plus de ressources à l’étranger que dans leurs Etats d’origine. Ils ont acquis une légitimité en tant que « nation sans Etat ». Les Kurdes seraient autour de 6 millions à l’étranger (Europe : 500 000 en Allemagne sur plus de 2 millions de citoyens turcs dont 7 500 seraient des militants du PKK, et USA).

Or aujourd’hui au milieu du chaos du Moyen Orient, quand les nations nées en 1920 disparaissent dans des guerres civiles atroces, quand les massacres succèdent aux massacres, les bombardements et destructions se perpétuent, quand les populations civiles subissent les plus lourds tribus, l’appel des nationalistes kurdes est encore un levier puissant permettant aux diverses factions kurdes, politiques et armées, de recruter parmi les Kurdes du Moyen Orient et ceux de la diaspora, et de participer à la guerre civile. Aujourd’hui encore les groupes kurdes, animés régulièrement par des luttes fratricides, servent les intérêts des puissances impérialistes qui pourtant depuis plus d’un siècle, n’ont lésiné ni sur les promesses, ni sur les trahisons.

Dans un contexte d’affrontement à l’échelle mondiale des grandes puissances impérialistes US, chinoise et russe, pour conquérir les marchés stratégiques énergétiques ou militaires, indispensables à la survie de leur économie, les petites nations et les groupes ethniques ou religieux n’ont pas d’autre alternative que de servir de mercenaires à l’une ou l’autre, voire à plusieurs à la fois. Et quand nous parlons de groupes ethniques ou religieux, il s’agit toujours de clans bourgeois qui tentent de défendre leurs « petits » intérêts de classe possédante, toujours sur le dos de la population qu’ils affirment représenter. Seul un prolétariat régénéré, organisé économiquement dans des syndicats et politiquement dans un parti de classe pourrait enfin éclairer le vrai combat en cause : celui de la lutte de classes, en vue de renverser la classe dominante – la bourgeoisie industrielle, commerciale et terrienne – qui vit de l’exploitation du prolétariat et de la petite paysannerie.

Comme nous l’écrivions dans notre article de 2013 intitulé : « L’instrumentalisation de la question kurde par les impérialistes » : La seule issue au drame kurde est celle de la lutte de classe et non de l’autonomie !

« L’ensemble des États du Moyen Orient qui sont issus de la division impérialiste de l’Empire ottoman, ne sont pas des nations au sens historique du terme, mais des produits de circonstances, travaillés de forces antagonistes. Les différents peuples qui constituent ces États auraient pu vivre plus pacifiquement dans un État fédéral sur le modèle suisse, mais les convoitises impérialistes et les rivalités régionales entre États en ont jugé autrement. Aujourd’hui tous ces États et nations modernes sont appelés à disparaître, à être emportés par la tourmente révolutionnaire, tout comme le tremblement de terre renverse les poulaillers. Si la formation de nations a eu un rôle dans l’histoire du développement des forces productives au 19 ème siècle et dans la première moitié du 20ème siècle, cette phase est définitivement close avec l’indépendance des derniers États africains au cours des années 1960.

« Le prolétariat kurde, tout comme celui turcoman, palestinien, tchéchène, touareg, n’a rien à attendre de la question nationale, de la création le plus souvent improbable d’un État, qui s’il est fondé devient, comme cela est le cas de l’État palestinien ou celui du Kurdistan irakien, l’instrument de sa propre bourgeoisie. Leur bourgeoisie y est née réactionnaire, et est incapable de la moindre action progressiste, comme le montre toute l’histoire du Kurdistan ; toute l’histoire de la bourgeoisie kurde et de ses partis nationalistes devenus des organisations clientélistes, voire des brigands- mercenaires n’est qu’une succession de manœuvres, d’alliances temporaires suivies de trahisons, d’ignominies et de massacres perpétrés envers le prolétariat kurde. Une fois au pouvoir, ces bourgeoisies, épaulées par d’autres états ou puissance impérialiste, oppriment, tout autant que l’ennemi « extérieur », le prolétariat du Kurdistan, qu’il soit kurde, arabe ou turkmène ! La seule issue est de rejoindre le prolétariat qui n’a pas de nation à défendre, pas de patrie à pleurer, pas de race à protéger, pas de but commun avec la bourgeoisie qui demeure désormais son ennemi inéluctable. Sa destinée est de s’organiser dans des syndicats et un parti marxiste, indépendant de toutes les mouvances bourgeoises et nationales, et de reprendre ainsi le chemin glorieux de la lutte de classe ».



(1) Les relations entre la Turquie et Israël se sont normalisées depuis plusieurs années. Israël investit dans l’économie turque, la technologie militaire, et est aussi un investisseur important dans le Kurdistan irakien.