Parti Communiste International
 

PROJET DE THÈSES PRÉSENTÉ PAR LA GAUCHE AU III CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE D’ITALIE
(Lyon -1926)

Presentations (1967 et 1970) [1]

 

 

Paru dans "L’Unità", N° 12, 14, 23 et 26 janvier 1926. Les "Thèses de Lyon" ainsi appelées car présentées à la réunion du Parti à Lyon en janvier 1926. Publié en français dans "Programme Communiste" n°38, 1967.

 

Les Thèses de Lyon, que nous publions ci-dessous, se situent un moment tellement crucial de l’histoire du mouvement communiste, qu’elles constituent tout à la fois un point d’aboutissement et un point de départ dans le laborieux processus de formation du parti de classe mondial du prolétariat.

Rédigées par le courant de gauche du Parti Communiste d’Italie pour être opposées aux thèses de la direction, alors à demi-stalinisée [2], elles furent présentées au III Congrès de ce parti, à Lyon, en janvier 1926. Elles suivent donc de quelques mois ce XIV Congrès du parti russe qui avait vu la quasi-totalité de la vieille garde bolchevik, Kamenev et Zinoviev en tête, se dresser dans un sursaut aussi violent qu’imprévu contre "l’embellissement de la N.E.P." et le "Paysans, enrichissez-vous !" des "professeurs rouges" et de Boukharine, et contre l’étouffant régime intérieur du parti instauré par Staline. Elles précédent aussi d’un mois à peine ce VI Exécutif élargi de l’Internationale Communiste (février 1926) où un bataillon d’avocats d’office tirera à boulets rouges sur la seule force internationale – la Gauche "italienne", précisément – qui se soit dressée pour dénoncer la crise profonde du Komintern : en l’éliminant finalement, on préparait le terrain à la condamnation imminente de l’Opposition russe, qui adviendra en novembre-décembre.

Le mouvement communiste international était arrivé à son croisement fatal. Au XIV Congrès, les Kamenev, Zinoviev, Kroupskaïa avaient eu conscience d’exprimer, eux qui avaient partagé jusque-là, ou peu s’en faut, la responsabilité politique de la direction, la révolte de forces sociales et matérielles en lutte, au sein de l’État soviétique, contre d’autres forces sociales et matérielles objectives, mille fois plus fortes que les individus se succédant à la tribune.

Sur le plan international de même, la Gauche savait, en rédigeant des thèses qui comme d’habitude ne s’enfermaient point dans les étroites limites de la "question italienne", mais concernaient l’ensemble de la tactique communiste mondiale, qu’elle exprimait un cours historique qui, en l’espace de quelques mois, prendrait le nom de Chine et, par une convergence rare et même unique pour de nombreux années, d’Angleterre – un pays semi-colonial, donc, et la métropole impérialiste par excellence.

C’était l’année de l’épreuve suprême. Le destin de la Russie soviétique et de l’Internationale Communiste dépendait en dernière instance de l’issue de la titanique lutte des ouvriers et paysans chinois et des prolétaires britanniques. Au cours de cette année-là, l’Opposition russe verra sur quelle terrible pente on glissait depuis longtemps : s’élevant au-dessus d’anciens désaccords, Trotsky et Zinoviev, pour n’en citer que deux, feront bloc désespérément contre la marée des forces contre-révolutionnaires. Le premier surtout mènera tout au long de l’année 1927 une magnifique bataille, dont il sortira finalement vaincu. L’Opposition russe était battue, la révolution chinoise le fut aussi, la grande grève anglaise également : tout le mouvement communiste international était détruit. Pour la dernière fois, l’internationalisme prolétarien avait tenté désespérément à Moscou, ces deux années durant, de briser l’encerclement du "socialisme dans un seul pays". Cette bataille restera inscrite en caractères indélébiles sur les pages qui inspireront les générations futures de l’avant-garde révolutionnaire marxiste.

Pourtant, l’Opposition russe ne pourra transmettre à ces générations le bilan général d’un cours historique amorcé bien avant 1926, et dont la débâcle finale était, au moins en partie, le produit. Elle pourra dénoncer le mal, mais non s’attaquer à sa racine. Elle ne le pourra pas, car elle partageait la responsabilité de ce cours historique, et mille fois Staline et Boukharine pourront la paralyser en le lui rappelant, sachant bien que désormais le grand antagoniste était emprisonné dans le filet tissé en commun.

Il n’en allait pas ainsi pour la Gauche "italienne". Pour faible qu’elle ait été eu égard à l’enjeu international, c’était la seule force qui pouvait tirer des graves avertissements qu’elle avait lancés, des années durant, sur les conséquences objectives de l’éclectisme tactique du Komintern, imposé désormais par les manipulations de l’organisation, par la "terreur idéologique" et le poids écrasant de l’État, non pas le droit, mais bien la capacité de tirer la leçon globale des cinq années écoulées. Elle le fit au début et non à la fin de l’année décisive (avant même : en Italie, toute la discussion qui précède le III Congrès, en 1925, tourne autour de ce thème), reconnaissant dans le fait accompli ce qu’elle avait prévu longtemps à l’avance.

Seule contre tous (Zinoviev le tout premier), au VI Exécutif élargi, elle sera également la seule à réclamer que la "question russe" (c’est-à-dire la question du "socialisme dans un seul pays" et du régime bureaucratico-disciplinaire instauré par le stalinisme et imposé à tous les partis du Komintern) soit inscrite à l’ordre du jour d’un congrès international à convoquer d’urgence, et donc arrachée au monopole de discussion et de décision du parti bolchevik (la requête fut transmise au présidium, qui la "renvoya" à l’Exécutif élargi de novembre-décembre, particulièrement "orchestré" ; le congrès ne se tint que deux années plus tard, sur les ruines de toute opposition révolutionnaire, et n’y fit pas même allusion).

En présentant son corps de thèses au mouvement international comme base d’une solution organique et complète des problèmes tactiques, liée à une conception aussi ferme du programme, la Gauche y insérait la question russe comme un anneau de la chaîne liant entre eux tous les problèmes vitaux de l’Internationale. Au VII Exécutif élargi (novembre-décembre 1926), Trotsky aura mille fois raison de dire qu’en misant sur la révolution mondiale, le parti bolchevik pourrait demeurer solidement au pouvoir non pas une année, mais cinquante ; mais pouvait-on tenir ce stupéfiant "pari" sans, comme le dit la Gauche, "renverser la pyramide"[3] du Komintern reposant en équilibre instable sur son sommet, c’est-à-dire le parti russe en pleine crise ? sans changer de fond en comble son régime intérieur ? Et, surtout, sans réviser intégralement et rigoureusement une tactique dont les tournants imprévus et imprévisibles avaient produit tant de désastres ? A cette question, Trotsky ne put jamais répondre ; ou plutôt, il n’y répondit qu’ indirectement en reparcourant le chemin tortueux et accidenté des manœuvres élastiques, vainement éclairé par l’éclatante revendication de la révolution permanente.

Cette réponse d’ensemble, on la trouve dans la partie générale des Thèses de Lyon (et dans ses corollaires internationaux), et comme il s’agit justement d’une solution générale, on ne peut l’accepter ou la repousser qu’en bloc. Se tenant sur cette base, la Gauche pouvait, certes, être écrasée sous le poids des rapports de force défavorables qui s’étaient établis, et elle le fut effectivement ; mais il est tout aussi certain qu’elle ne pouvait renaître que sur cette base-là, qu’une reprise internationale du prolétariat révolutionnaire et de son parti ne sera possible que sur cette base, c’est-à-dire en s’appuyant sur un système complet, soudant les questions tactiques au programme et impliquant, par déduction, le mode d’organisation du mouvement.

C’est pourquoi les Thèses de Lyon sont et seront un point de départ, tout comme elles ont été un point d’aboutissement pour l’histoire des années ardentes de 1919 à 1926. Elles ne constituent pas, en effet, le produit de quelques cerveaux, mais bien le bilan dynamique du heurt de forces réelles sur l’arène des luttes de classe, dans une période où les batailles révolutionnaires de tout un siècle se sont condensées, soumettant à l’épreuve du feu la capacité des partis communistes de rester fidèles à leurs enseignements, sans jamais dévier. Le marxisme ne serait rien s’il ne savait, à l’école de Marx et de Lénine, convertir la défaite elle-même en une prémisse de victoire. C’est là le sens profond et actuel de nos thèses de 1926.

Il est donc important de montrer que tous les fils de la longue bataille menée par la Gauche au sein de l’Internationale convergent vers les Thèses de Lyon pour s’y nouer ; en partant de celles-ci, on peut en effet remonter jusqu’en 1920 et découvrir ainsi le lien qui existe entre le déroulement de cette bataille et la succession des événements historiques dont les thèses présenteront le bilan dynamique, annonciateur de développements futurs.

Comme le prouvent les deux premiers volumes de notre histoire [4], la Gauche a été sans contestation possible le seul courant qui, face à la guerre mondiale, se plaça sur les positions de principe ardemment défendues par Lénine et la petite avant-garde de la "gauche de Zimmerwald". Lors de l’éclatement de la révolution d’Octobre et pendant les deux années qui suivirent, elle fut la seule à adhérer, d’une manière tout aussi profonde, aux buts et aux moyens de la dictature bolchevique et de son organe dirigeant, le parti russe. Elle était à mille lieues, en effet, de cette adhésion formelle et vague, inspirée par l’enthousiasme du moment, qui entraîna la conversion subite de la majorité du Parti socialiste français ou le rapprochement soudain du centrisme international, qui restaient démagogiques et confus, en admettant même, hypothèse la plus optimiste, que leurs "chefs" fussent sincères. Elle fut encore la seule à affirmer, dès la fin de 1918, qu’une rupture irrévocable avec la droite socialiste et le centre surtout, bien plus perfide, et la formation du parti communiste sur les bases que fixera le II Congrès de l’Internationale Communiste en 1920, constituaient les conditions préjudicielles à un dénouement révolutionnaire de la crise d’après-guerre.

Il n’est donc pas étonnant que la Gauche, intervenant à ce II Congrès de l’Internationale sans mandat officiel, comme simple courant du Parti socialiste italien, non seulement n’ait opposé aucune des objections soulevées (ou momentanément tues, pour être ressorties plus tard, au retour en Italie ou dans les congrès internationaux suivants) par la délégation officielle à l’encontre des Thèses fondamentales sur le rôle du parti dans la révolution prolétarienne, sur les conditions de formation des Soviets, sur les questions nationale et coloniale, syndicale ou paysanne, mais ait apporté au contraire une contribution directe et même décisive à la formulation des importantes conditions d’admission à l’Internationale, en insistant pour qu’elles soient rendues encore plus sévères et surtout pour qu’elles ne laissent aucune possibilité d’adaptation aux "situations locales".

Il est bien vrai (et l’historiographie servile de l’opportunisme ne manquera jamais d’y insister mensongèrement) que Lénine et la Gauche se heurtèrent à ce congrès à propos du "parlementarisme révolutionnaire". Mais, comme le prouvent les textes publiés dans notre brochure La question parlementaire dans l’Internationale Communiste, la divergence ne concernait en aucune façon les questions fondamentales, l’objectif commun étant d’abattre les institutions démocratiques et parlementaires par la violence insurrectionnelle du prolétariat. Du reste dans les thèses de Lénine-Boukharine elles-mêmes, l’emploi de la "tribune électorale et parlementaire" comme moyen d’agitation contre les élections et le parlement, fait figure de moyen subalterne et temporaire. La divergence naissait d’une évaluation différente des effets – jugés utiles par Lénine, et au contraire désastreux par la Gauche – qu’aurait sur la préparation révolutionnaire du prolétariat, le recours à une telle arme tactique dans les pays de capitalisme développé possédant hélas une tradition démocratique profondément enracinée.

Pourtant, dans le cadre de cette lutte commune pour dresser autour de l’Internationale communiste des "barrière infranchissables" au réformisme, les directives que la Gauche proposait pour tout le mouvement, qu’elles concernent le programme ou le mode d’organisation des partis adhérents, ont déjà cet aspect global, ce caractère "fermé" des formulations que les Thèses de Lyon revendiqueront définitivement d’une manière lapidaire.

Cette exigence ne sortait pas du cerveau d’un individu ; l’accumulation d’expériences de lutte en régime de pleine démocratie, avec ses inévitables séquelles de réformisme et de centrisme, l’imposait suffisamment. Et si elle s’affirma ainsi dans de vigoureuses polémiques contre la direction de l’Internationale, ce ne fut jamais, comme on le dit plus tard par "luxe théorique", par souci d’intégrité morale ou de perfection esthétique, mais pour des raisons éminemment "pratiques" (au sens marxiste, bien entendu, qui fait de la théorie et de l’action deux termes dialectiquement indissociables). L’attitude de la Gauche lui était dictée par une saine préoccupation, non pas tellement pour le présent – c’est-à-dire pour une phase historique qui était loin d’avoir épuisé toutes ses ressources révolutionnaires, quoique le jugement de la Gauche à cet égard, comme elle le déclara au Congrès, ait été moins optimiste que celui du Komintern – que pour l’avenir. L’Europe occidentale et centrale était au cœur de cette préoccupation ; on la considérait à bon droit comme la clé de voûte de la stratégie communiste mondiale, mais la maturation des conditions subjectives de la révolution – et avant tout, le parti – y était en retard sur le développement des conditions objectives et se déroulait dans des circonstances historiques propres à entretenir la confusion théorique, l’hétérogénéité et l’inefficacité de l’organisation.

Alors, il fallait avant tout donner au mouvement prolétarien en plein élan une direction mondiale centralisée. Malgré la fermeté et la force du parti de Lénine et de Trotsky, les formules relativement "ouvertes" et même "élastiques" que l’on lançait dans ce but, pouvaient déjà comporter un risque, c’était toutefois un risque calculé et peut-être inévitable. Mais qu’adviendrait-il après, si la gigantesque vague révolutionnaire refluait et que, toute perspective d’offensive rapide s’estompant, le danger d’une "récidive social-démocratique", toujours plus pressant dans les phases de recul, comme Trotsky le prévoyait à la veille de l’insurrection, menace de nouveau, ramenant à la surface les scories du réformisme que ces formulations trop larges n’avaient permis ni de tenir à distance ni d’éliminer ? La guerre désormais achevée, la révolution semblant proche, les Cachin et les Crispien acceptaient les thèses de l’Internationale Communiste, le "pouvoir des Soviets, la dictature du prolétariat, la terreur rouge", avec la même facilité qu’ils avaient mise, six ans auparavant, à entrer dans le camp de la défense nationale et de la guerre impérialiste.

Mais si les poussées objectives dont leur adhésion était le produit inconscient et involontaire venaient à manquer, ne retrouveraient-ils pas, et à l’intérieur de l’Internationale Communiste cette fois, leur comportement "naturel" ? La fracture entre eux et les communistes véritables ne deviendrait-elle pas (comme ce fut le cas dans la II Internationale) un abîme ? Plus encore : l’Internationale elle-même, "facteur, mais aussi produit de l’histoire", comme l’est toujours et nécessairement le parti, pourrait-elle se soustraire, non pas tellement à la pression extérieure d’une conjoncture défavorable, mais surtout à ce que les Thèses de Lyon appelleront « les répercussions qu’ont sur le parti, par le jeu dialectique des effets et des causes, les moyens qu’il emploie dans son action » ?

C’est dans cette perspective que, dans son discours sur les conditions d’admission à l’Internationale Communiste (II Congrès, séance du 29 juillet 1920), le représentant de la Gauche, constatant que « malheureusement, il n’est pas possible pour l’instant (…) d’introduire un programme unique pour tous les partis », demanda que là où le projet de thèses imposait seulement aux partis candidats à l’admission de « changer le plus rapidement possible leur vieux programme et l’élaborer, en liaison avec les conditions particulières de leurs pays, un nouveau programme communiste conforme aux délibérations de l’Internationale Communiste », on dise au contraire : « élaborer un nouveau programme dans lequel les principes de l’Internationale Communiste soient fixés d’une manière non équivoque et entièrement conforme aux résolutions des congrès internationaux », et que « la minorité du parti qui se déclarait contre ce programme soit exclue de l’organisation pour ce seul motif ».

Dans cette première bataille, deux considérations fondamentales apparaîtront, sur lesquelles il faut insister car nous les retrouverons tout au long de l’histoire des rapports entre la Gauche et l’Internationale : 1) « La première application de la méthode et de la théorie marxistes a eu lieu en Russie, c’est-à-dire dans un pays où le développement des classes n’avait pas atteint un niveau élevé ; cette méthode doit être appliquée maintenant en Europe, où le capitalisme est beaucoup plus évolué, avec une clarté et une rigueur plus grandes encore » ; 2) « A l’égard du programme, il n’existe pas de discipline : on l’accepte ou on le repousse, et dans ce dernier cas on se sépare du parti. Le programme est quelque chose qui nous est commun à tous. Ce n’est pas quelque chose que la majorité des camarades soumet à l’approbation des autres, c’est une condition préjudicielle imposée à tous les partis qui désirent appartenir à l’Internationale Communiste ».

Invariance et caractère non démocratique du programme ; insuffisance de la seule "expérience russe », pour grandiose qu’elle soit, lorsqu’il s’agit de le délimiter avec le maximum de rigueur et de clarté ; souci d’interdire toute échappatoire basée sur les « conditions particulières de tel ou tel pays (est-il besoin de rappeler l’abus qu’on en fera par la suite?) ; perspective nettement marquée, sinon immédiate, d’un programme unique du parti communiste mondial ; admission « d’un seul moyen d’entrer à l’Internationale Communiste, l’adhésion individuelle au parti communiste du pays considéré », ce qui excluait l’adhésion collective de groupes possédant leur tradition, leur programme et leur organisation propres et qui auraient dû être absorbés comme des corps étrangers par l’organisme unitaire international (cela devint la 21e condition d’admission dans le texte définitif) ; et enfin, cet avertissement : « L’opportunisme doit être combattu partout. Mais nous rendrions cette tâche plus difficile et plus pénible si, au moment même où des mesures sont prises pour épurer l’Internationale Communiste, on ouvre la porte pour y laisser entrer ceux qui étaient demeurés dehors ». Le noyau de toutes les polémiques ultérieures se trouve déjà contenu dans ces points de départ fondamentaux.

Un an après ce congrès historique, la Gauche écrira : « Il aurait été préférable qu’au lieu de traiter les arguments dans l’ordre où il les a traités dans les différentes thèses, toutes théorico-tactiques, le congrès définisse les bases de la théorie et du programme communistes, puisque l’adhésion des partis à l’Internationale devrait dépendre en premier lieu de leur acceptation de cette théorie et de ce programme. Il aurait pu formuler ensuite les règles d’action fondamentales que tous les adhérents doivent observer strictement dans la question syndicale, agraire, coloniale, etc. ». Et elle ajoutera : « Mais tout cela se trouve dans l’ensemble des résolutions prises par le II Congrès et est très bien résumé dans les thèses sur les conditions d’admission des partis. L’essentiel est de considérer que l’application de ces conditions est le véritable acte constitutif de l’Internationale. C’est une opération à accomplir une fois pour toutes, afin de tirer les forces organisables du chaos dans lequel le mouvement politique prolétarien était tombé et de les organiser dans la nouvelle Internationale » [5].

La Gauche ne s’arrêtera pas là. En 1921, toujours, alors qu’on commençait à Moscou de juger les partis adhérents en fonction de cet instable critère numérique qui permettrait de leur attribuer le qualificatif de "parti de masse" ou d’une réalisation de la "conquête de la majorité de la classe ouvrière", la Gauche répliqua avec force : « Nous n’avons pas à être pour de ’grands’ ou ’petits’ partis. Nous n’avons pas à bouleverser toutes les bases sur lesquelles certains partis sont fondés sous prétexte qu’ils ne sont pas des ’partis de masse’. Tout au contraire, les partis communistes doivent partout se constituer sur des bases organisationnelles, programmatiques et tactiques saines, c’est-à-dire sur les résultats des plus hautes expériences révolutionnaires de la lutte internationale… Les conclusions que la doctrine et l’expérience historique permettent de formuler à propos du processus révolutionnaire ne peuvent qu’être internationales et elles doivent donner lieu à des règles internationales. Dès lors que les partis communistes sont solidement fondés sur ces conclusions, leur physionomie politique est définie et on doit admettre que leur faculté d’attirer les masses et de leur donner toute leur puissance de classe ne dépend plus que de leur fidélité au programme et de leur stricte discipline intérieure ».

* * *

Il était nécessaire de s’arrêter aux débats du II Congrès et des mois suivants pour montrer quel fil ininterrompu relie 1920 à 1926, les Thèses de Lyon reprenant, développant et organisant d’une façon complète et définitive les thèmes de1920, sanctionnés par une terrible confirmation pratique.

D’entrée, les anneaux de notre chaîne dialectique étaient bien délimités. Que la doctrine, le programme, le système de règles tactiques soient uniques, connus de tous, impérieux pour tous, et l’organisation sera unitaire, disciplinée, efficace. Maître des conditions de son existence, le parti sera en mesure de se préparer et de préparer le prolétariat à la solution révolutionnaire des crises de la société capitaliste, sans jamais compromettre, dans les phases de réaction, les possibilités de reprise révolutionnaire du parti comme de la classe.

Mais les maillons de cette chaîne furent au contraire distendus et l’on tenta, comme c’était inévitable le processus une fois amorcé, d’en donner une justification théorique : tout fut ainsi perdu, la possibilité de vaincre dans la période de flux révolutionnaire comme les possibilités de reprise après les périodes de reflux. Le parti lui-même fut perdu, car il n’est l’organe de la révolution que dans la mesure où il a su prévoir grâce à une solide continuité théorique et pratique « comment arrivera un certain processus dans certaines conditions » (Lénine sur le chemin de la révolution, 1924), et « ce que l’on doit faire dans les différentes hypothèses possibles sur l’évolution des situations objectives » (Thèses de Lyon, questions générales).

L’histoire de la III Internationale est malheureusement aussi l’histoire de l’abandon progressif de cette voie maîtresse ; par là, elle devient l’histoire de la manière de tuer le parti, sans même qu’on le veuille, voire avec les meilleures intentions de le sauver. 1926, c’est l’année du "socialisme dans un seul pays" et de tout son inévitable cortège (bolchévisation, écrasement de l’Opposition de gauche sous le rouleau compresseur de la discipline-pour-la discipline), et cette maudite formule ne signifie rien d’autre que l’assassinat du parti mondial. Le Komintern est vraiment mort en 1926 ; tout ce qui suivra ne sera qu’une danse macabre autour de son cercueil.

* * *

La dégringolade eut lieu sur trois plans que nous distinguerons pour la seule commodité de l’exposé, mais qui s’entrecroisent en réalité et convergent finalement vers la destruction de la véritable unité du mouvement communiste international, réduite en 1926-27 à une unité de façade fondée sur le caporalisme, bonne seulement à masquer ou à justifier d’avance la liberté du centre dirigeant de trahir jusqu’au dernier lambeau du programme. Une "unité" qui, finalement, lorsque la compression extérieure des "appareils" de parti et du pouvoir d’État russe aura cessé, lâchera la bride aux mille "voies nationales" d’un socialisme méconnaissable. Rappelons-en brièvement les étapes.

Nous avions demandé avec insistance que l’on forme les partis communistes (ou mieux, l’Internationale elle-même, en tant que parti communiste unique) sur une plate-forme théorique et programmatique définie une fois pour toutes, à prendre ou à laisser – quelque chose de semblable à la proclamation synthétique du premier point des Thèses de Lyon (Questions générales), excluant radicalement toute conception bourgeoise, "progressive" ou non, toute idéologie soi-disant "ouvrière", mais anti-marxiste en fait. Ce barrage théorique et programmatique devait écarter irrévocablement non seulement les doctrines de la classe dominante, qu’elles fussent spiritualistes, religieuses, idéalistes en philosophie et réactionnaires en politique, ou bien positivistes, voltairiennes, libre-penseuses en philosophie et maçonniques, anticléricales et démocratiques en politique, mais aussi les écoles de la pensée ayant quelque influence sur la classe ouvrière : depuis le réformisme social-démocrate, pacifiste et gradualiste, jusqu’au syndicalisme qui déprécie l’action politique de la classe ouvrière et la nécessité du parti comme organe révolutionnaire suprême ; depuis l’anarchisme, qui répudie par principe la nécessité historique de l’État et de la dictature du prolétariat comme moyens de transformation de la société et de la suppression de la division en classes, jusqu’au "centrisme", formule bâtarde et ambiguë, synthèse et condensé de déviations du même type sous le couvert d’une phraséologie pseudo-révolutionnaire.

Ce barrage ne fut pas dressé. Le parti français, infecté jusqu’à la moelle par le virus parlementaire et démocratique, chauviniste à l’occasion, toujours sourd aux nécessités de la lutte syndicale, contestant sans cesse, au nom des fameuses "conditions particulières" à son propre pays, toute direction centralisée, ce parti put ainsi introduire par la brèche restée béante son jacobinisme maçonnique [Frossard !] et populiste [Cachin !]. Dans les partis scandinaves, la théorie de la « religion considérée comme une affaire privée » fit son chemin et tout un Exécutif élargi dut être consacré à cette invraisemblable question, en 1923, à quelques mois à peine du dernier sursaut révolutionnaire en Allemagne, alors qu’il fallait concentrer toutes les énergies pour résoudre d’une façon révolutionnaire cette crise dont les conséquences, positives ou négatives, devaient nécessairement peser sur tout le mouvement mondial. Le syndicalisme qui sommeillait au sein du parti français, comme l’ouvriérisme dans le parti allemand, relevèrent la tête, réagissant contre l’atmosphère gradualiste et parlementariste, minimaliste et démocratique. Plus tard encore, cette mixture de sorélisme et d’idéalisme à la Benedetto Croce qu’était la théorie de l’"Ordine nuovo » [6], dont les tenants avaient été sévèrement tenus en lisière tant que l’Internationale se maintenait fermement sur ses positions de départ et que la Gauche dirigeait le parti italien, eut à nouveau libre cours. Et il fut finalement possible de lancer, par une campagne savamment orchestrée à la manière publicitaire, la théorie mortelle du "socialisme dans un seul pays", suprême injure à Marx, Engels, Lénine, à tout un siècle d’internationalisme prolétarien.

Tout était devenu licite, car rien n’avait été "interdit" par une définition limpide et invariable de la doctrine et du programme. Encadrant dans la partie Questions générales la question des rapports entre déterminisme économique et volonté politique, entre théorie et action, entre classe et parti, les Thèses de Lyon jetaient les bases d’une renaissance future du mouvement, à l’abri du double danger de la passivité inerte d’une part, du volontarisme effréné de l’autre, dont l’orgie de la soi-disant "bolchévisation" et les tristes saturnales de la "construction du socialisme" en vase clos (ou ce qui revient au même, dans un seul pays) n’étaient que de nouvelles variantes.

* * *

La Gauche avait demandé (et nous voici sur le deuxième plan incliné de la dégringolade) que soit établi, au prix même d’une certaine schématisation, un système unique et obligatoire de règles tactiques, lié solidement aux principes et à la prévision (qui en découle, précisément parce que ce sont des principes) d’un éventail d’alternatives possibles dans la dynamique du heurt entre les classes. On trouva cette revendication "abstraite", on parla de "formule métaphysique". Les faits, les faits tragiques accumulés pendant quarante ans, sont là pour prouver que cette revendication était terriblement "concrète", pour employer cet adjectif suant le sang et les larmes.

Le III Congrès proclama avec raison qu’il ne suffisait pas de créer des partis communistes "purs" pour conquérir le pouvoir, mais qu’il fallait rassembler autour d’eux de larges masses prolétariennes, que la propagande orale ou écrite n’y suffisait pas, l’intervention pratique et active dans les luttes économiques suscitées par les contradictions internes du régime bourgeois étant au contraire décisive. La Gauche ne pouvait qu’applaudir : le Parti Communiste d’Italie avait été le premier à se lancer énergiquement dans cette voie, dès sa fondation. Nous craignions il est vrai, et cela n’était que trop fondé, que l’on trahisse le sens de la formule lancée au III Congrès : "conquête de la majorité de la classe ouvrière". Nous savions bien que Lénine ne faisait là que reprendre son mot d’ordre d’avril 1917, qu’il ne voulait rien dire d’autre que ce qu’il écrira plus tard, regrettant d’avoir quelque peu exagéré "vers la droite", au congrès de 1921, afin de vaincre le gauchisme incohérent des théoriciens de l’offensive à tout prix : « Bien entendu, cette conquête de la majorité", nous ne l’entendons pas de façon formelle, comme l’entendent les chevaliers de la "démocratie" petite-bourgeoise de l’Internationale 2 1/2. Lorsqu’à Rome, en juillet 1921, le prolétariat tout entier a suivi les communistes contre les fascistes, y compris les prolétaires réformistes des syndicats et les centristes du parti de Serrati, c’était une conquête de la majorité de la classe ouvrière à nos côtés » [7]. Mais nous savions aussi que, une fois lancés, les mots d’ordre ont leur action propre et que mille petits opportunistes n’auraient de cesse qu’ils se soient emparés de la lettre de cette formule polémique pour en trahir mille fois l’esprit, exigeant du parti communiste qu’il soit, en toutes circonstances, un "parti majoritaire" (Notons au passage qu’une telle prétention contredisait formellement les thèses sur le "Rôle du parti dans la révolution prolétarienne" adoptées au II Congrès).

Quelques mois à peine étaient passés que nous en avions déjà une alarmante confirmation. Le III Congrès avait travaillé dans la perspective d’une vague révolutionnaire encore ascendante ; la situation était maintenant inversée. Le prolétariat n’attaquait plus. Il se défendait désespérément contre l’offensive internationale de la bourgeoisie. C’est dans cette situation que l’Internationale élèvera à la hauteur d’un principe le critère numérique de la conquête de la majorité et lancera le mot d’ordre du front unique, non plus seulement syndical, comme le préconisait le III Congrès, bien que d’une manière non explicite, mais aussi dans certaines circonstances et avec mille réserves, politique. La Gauche répliqua immédiatement et développa ses arguments aux congrès suivant, le IV : « La conquête de la majorité ne peut être réduite aux oscillations d’un indice statistique. Elle constitue un processus dialectique déterminé avant tout par les conditions sociales objectives, et notre initiative tactique ne peut l’accélérer que dans certaines limites, ou pour mieux dire, si certaines conditions que nous considérons comme préjudicielles sont respectées. Notre initiative tactique, c’est-à-dire notre habilité de manœuvre, se juge aux effets qu’elle produit sur la psychologie du prolétariat, en entendant le terme psychologie au sens le plus large pour se référer à la conscience, à l’état d’esprit, à la volonté de lutte de la classe ouvrière. Notre expérience révolutionnaire nous enseigne qu’il y a deux facteurs essentiels dans ce domaine : une clarté doctrinale complète à l’intérieur du parti et une continuité sévère et intelligente de sa structure d’organisation. Tolérer que ces deux conditions soient compromises pour obtenir une amélioration apparente des effectifs du parti ou de ses sympathisants nous ferait bien peu avancer dans la voie de la véritable conquête des masses ».

Sorti de son cadre naturel, les luttes économiques et les organisations syndicales, pour être placé sur le terrain des accords entre partis, des offres publiques de collaboration et, pis encore, de la création d’organes pluri-partis se subordonnant la discipline communiste (qui doit être unique et apparaître comme telle aux prolétaires), le front unique n’était plus que la voie ouverte à la destruction de ces facteurs-clés de la capacité d’influence du parti – et cela quelles que soient les intentions, par l’effet du jeu matériel des effets et des causes. « Notre parti n’est pas un mécanisme rigide que nous pouvons manier à volonté, mais quelque chose de réel, sur quoi agissent les facteurs extérieurs et qui est donc toujours susceptible d’être modifié par la direction même que nous imprimons à notre tactique. La formation d’un organe de direction permanent, composé de représentants des partis prolétariens et disposant de pouvoirs par-dessus les partis, entre en contradiction avec le but même du front unique : arracher le prolétariat à l’opportunisme » [8]. Il faut ajouter que, quelques mois plus tard, on ira jusqu’à adhérer à la proposition de tenir une conférence des trois Internationales. Comment les prolétaires n’auraient-ils pas été désorientés ? Des années durant, on leur avait répété, et avec raison, qu’aucune organisation en dehors de l’Internationale Communiste n’avait le droit de prétendre représenter le moins du monde les intérêts ouvriers, que les ponts, tous les ponts, étaient coupés avec le réformisme et le centrisme, et qu’aucune manœuvre ne pourrait les rétablir.

Nous l’avons vu au sujet de la formule de la "conquête de la majorité", puis du "front unique politique", enfin du "gouvernement ouvrier", en même temps que nous avons suivi dans leurs grandes lignes les effets, au niveau de l’organisation, des laborieuses manœuvres de récupération de groupes réformistes et centristes ou même d’ailes de partis toutes entières. Non seulement les libellés mais aussi les mots habent sua fata (ont leur destin) ; plus encore les mots d’ordre.  Du front unique politique, on passa au "gouvernement ouvrier", qui devint même "gouvernement ouvrier et paysan". On prétendit, certes, que ce n’était qu’une autre manière de dire "dictature du prolétariat" ou "mobilisation ouvrière pour le renversement de la domination bourgeoise", mais à ce même congrès et dans les mois suivants surtout, on toléra que les interprétations parlementaristes d’un Graziadei ou même Radek donnent à penser à la classe ouvrière, comme nous le craignions, « que le problème essentiel des rapports entre la classe prolétarienne et l’État (…) peut se résoudre autrement que par lutte armée pour la conquête du pouvoir et son exercice dans la forme de la dictature du prolétariat » [9].

Moins d’un an plus tard, notre avertissement trouvera sa tragique confirmation en Allemagne : la direction de l’Internationale liquidera Brandler, coupable d’avoir constitué un "gouvernement ouvrier" avec les sociaux démocrates en Thuringe, mais la Gauche rappellera avec force que ce résultat couronnait en fait une période tout au long de laquelle le Komintern et son président avaient précisément théorisé cette solution-là. N’était-on pas allé jusqu’à prétendre qu’en Allemagne la petite-bourgeoisie était appelée à jouer le même rôle que la paysannerie en Russie ? Radek et Zinoviev ne se réjouissaient-ils pas de la phraséologie "national-bolchevik" qu’adoptait le parti allemand pour faire pièce aux nationaux-socialistes et gagner ainsi le "précieux allié" ?

Le IV Congrès de l’Internationale se situe à la charnière entre une année de défaites amères (1922) et une autre année extrêmement tourmentée (1923), au cours de laquelle le glorieux parti russe fut secoué par une première grave crise internationale dont la solution aurait demandé la fermeté d’acier d’un Lénine (les Lettres au Congrès de 1923 sont là pour montrer que le grand révolutionnaire aurait donné, sans hésitation ni remords, un vigoureux coup de barre, s’il avait pu reprendre sa place à la tête du Comité Central), mais qui vit également la reprise du cycle des luttes prolétariennes en Allemagne, en Bulgarie, en Estonie et les premières lueurs d’incendie en Orient.

Dans ce cadre d’ombres et de lumières, le fil conducteur des grands principes se perdra de plus en plus, et l’éclectisme tactique fera manquer irrémédiablement les dernières grandes occasions (du moins celles de cette phase historique), aggravant en conséquence le marasme au sein du parti bolchevik, et donc de l’Internationale. C’est dans les événements d’alors qu’on voit avec le plus de clarté à quel point les variations tactiques réagissent sur les principes et provoquent dans tous les domaines des réactions en chaîne. Les Thèses de Lyon le rappellent dans la deuxième partie (Questions Internationales). Il est bon toutefois de suivre plus en détail le processus malheureusement inexorable qui conduira, précisément à partir de ce moment-là, l’Internationale des années glorieuses à l’effondrement total.

* * *

Pendant qu’en Italie le fascisme au pouvoir lançait son offensive contre le mouvement communiste et arrêtait les principaux dirigeants de gauche du Parti Communiste d’Italie, les empêchant de faire entendre leur voix en une année aussi cruciale que celle qui s’ouvrait, en Allemagne l’occupation de la Ruhr, l’effondrement du mark, l’agitation de toutes les couches sociales et l’apparition sur la scène politique des premiers noyaux du parti nazi (NSPD) plaçaient le parti communiste (KPD) – après l’échec ou l’absence de résultats de l’action commune de partis frères des deux côté du Rhin – devant la tâche ingrate de "choisir", parmi les nombreuses interprétations possibles du front unique et du "gouvernement ouvrier", celle qui était la plus conforme aux thèses du IV Congrès et à la situation allemande. Devant ce dilemme, les "deux âmes" (qui coexistaient depuis la naissance du parti comme nous pourrons le montrer dans une autre séance) répondaient de façon opposée à la double question : front unique au sommet – comme le voulait la direction – ou front unique "à la base" – comme le souhaitait une "gauche" incertaine et fluctuante ? "Gouvernement ouvrier" au sens d’un appui parlementaire à un gouvernement social-démocrate, au sens d’une participation à un gouvernement de coalition socialo-communiste, voire même d’une neutralité bienveillante à l’égard du gouvernement bourgeois en place, promoteur de la résistance passive au coup de force allié (ce qu’envisageait la direction du parti), ou bien "gouvernement ouvrier" au sens d’une "mobilisation générale des masses vers la prise révolutionnaire du pouvoir" (comme l’affirmait, sans toutefois préciser davantage, la minorité de "gauche") ?

Les désaccords ne se limitaient pas à ces deux questions d’origine relativement récente. Dans une situation où, en particulier en Rhénanie et dans la Ruhr, les masses ouvrières s’agitaient, souvent les armes à la main, aussi bien contre l’occupant que contre le gouvernement bourgeois national, les spectres de "l’action de mars" de 1921 prenaient corps : fallait-il se désolidariser de ces généreux sursauts considérés comme des manifestations d’ "aventurisme" infantile (la direction penchait pour cette attitude, invoquant le manque de préparation des masses et du parti, et l’analyse trop optimiste des rapports de force fait par le courant de "gauche", pour se réfugier dans un "légalitarisme" tendanciel qui se manifestera de façon éclatante vers le milieu de l’année) ? Ou bien, au contraire, fallait-il s’efforcer de coordonner ces sursauts, de les diriger vers un but, de les discipliner, comme le soutenait l’aile de gauche – avec raison sur le plan des principes, mais en réalité de façon plus rhétorique et activiste que réaliste et pondérée ?

Cet enchevêtrement de directives contradictoires provoquait une telle confusion et un tel désarroi dans le parti – à un moment où la situation politique et sociale avait atteint un point critique – qu’il fallut une "conférence de conciliation", réunie à l’instigation de l’Exécutif du Komintern en avril 1923, pour y remédier tant bien que mal (et plutôt mal que bien). Cette conférence condamna la tactique de la direction du Parti allemand parce qu’elle tendait à "adapter le parti communiste aux chefs réformistes" et en même temps mit un frein aux impatiences et aux cris de "révolution à notre porte" de la minorité. Mais des pourparlers, et surtout des pourparlers de "conciliation", ne pouvaient pas guérir des plaies désormais purulentes et toujours prêtes à se rouvrir dans les hauts et les bas des directives émanant de Moscou. Et le pire n’était pas encore arrivé.

En effet, ce qui allait bientôt faire son chemin, d’abord timidement puis sous une forme de plus en plus explicite dans les sphères dirigeantes du parti, ce fut l’idée selon laquelle l’occupation de la Ruhr fournirait l’occasion idéale pour la "conquête de la majorité" dans son interprétation la plus élastique – c’est-à-dire la conquête non seulement de larges couches de prolétaires, mais du "peuple" en général – si on lançait des appels pour attirer les couches fluctuantes de la petite-bourgeoisie, victimes de la dévaluation du mark et fortement influencées par le renouveau nationaliste. Pour que l’opération réussît, il fallait s’efforcer de leur démontrer (proclamation de la direction du parti du 17 mai 1923) qu’ « elles ne pouvaient se défendre elles-mêmes et défendre l’avenir de l’Allemagne qu’en s’alliant aux communistes pour la lutte contre la vraie (?) bourgeoisie, en faisant ainsi du parti le défenseur des "valeurs nationales" allemandes.

Condamnées énergiquement en 1921, quand un petit groupe ouvriériste de Hambourg l’avait lancée, une expression faisait son entrée en scène, et cette fois sans que l’Internationale réagisse : celle de "national-bolchevisme", tout à la fois fruit et matrice de deux déviations monumentales du marxisme :

1) la mise sur le même plan, de façon plus ou moins explicite, de la question nationale dans les colonies et semi-colonies et dans un pays de très haut développement capitaliste, qui plus est impérialiste au sens de Lénine ! L’Exécutif élargi du 12-23 juin 1923 n’aura aucun scrupule à affirmer : « le fait d’insister fortement sur l’élément national en Allemagne est révolutionnaire AU MÊME TITRE que le fait d’insister sur l’élément national dans les colonies », et renchérissant dans le tristement célèbre "discours Schlageter » [10], Radek déclarera que « ce que l’on appelle nationalisme allemand n’est pas seulement du nationalisme : c’est un large mouvement national ayant une vaste signification révolutionnaire ». Quant à Zinoviev, il se félicitera, en concluant les travaux de l’Exécutif, qu’un journal bourgeois ait reconnu le caractère "national-bolchevik" enfin assumé par le KPD, preuve que le parti avait enfin acquis une "psychologie" de masse [11].

2) La reconnaissance plus ou moins larvée des potentialités révolutionnaires autonomes de la petite-bourgeoisie (encore Radek : le KPD doit montrer qu’il n’est pas seulement (!!) « le parti de la lutte des ouvriers industriels pour un morceau de pain, mais le parti des prolétarisés qui se battent pour leur propre liberté, une liberté qui coïncide avec la liberté du peuple tout entier, avec la liberté de tous ceux qui en Allemagne travaillent et souffrent »), et donc aussi l’interprétation du fascisme comme auto-mobilisation de la petite-bourgeoisie contre le grand capital, au lieu, au contraire de comprendre le fascisme comme la mobilisation de la petite-bourgeoisie à l’instigation et au profit exclusif du grand capital, donc contre le prolétariat [12].

Inexorablement, les anneaux de la chaîne se déroulent. L’Exécutif élargi de juin 1923 ne discute pas à fond sur la situation allemande, qui est de plus en plus explosive. D’autres problèmes l’accaparent : le "fédéralisme" norvégien, le "neutralisme" face à la religion dans le parti suédois, la énième tentative de marchander une fusion entre le PC d’Italie et le PSI, malgré le prix très élevé que réclamait ce dernier pour… ne pas fusionner. Sans prendre de décisions fermes, l’Exécutif donne son aval à la thèse de la Direction qui veut que le KPD devienne un pôle d’attraction pour les masses petites-bourgeoises prolétarisées, en les berçant dans leurs rêves de renouveau national. Or le problème allemand de 1923 était exclusivement un problème international, un « programme nationaliste de révolution prolétarienne » en Allemagne était la pire des solutions, car il risquait d’accroître par contre-coup le poids conservateur et contre-révolutionnaire de la petite-bourgeoisie en France et en Angleterre, annulant ainsi les avantages hypothétiques d’une conquête de la petite-bourgeoisie, sur ce terrain bâtard, dans la république de Weimar. Dans aucune des résolutions de l’Exécutif on ne trouve la moindre trace de cette idée.

En même temps, de façon tout à fait logique, l’Exécutif décide d’élargir le mot d’ordre de "gouvernement ouvrier" et, fasciné par la prolifération de partis paysans non seulement dans les Balkans mais en Amérique du Nord (La Follette [13]), il le transforme en "gouvernement ouvrier et paysan" pour tous les pays, Allemagne comprise ! Il est vrai que les thèses [14] mettent en garde contre une interprétation parlementaire et … social-révolutionnaire de la nouvelle recette tactique ; mais la première interprétation était, nous l’avons vu, autorisée par les imprécisions et le laxisme du IV Congrès, et la seconde par la transposition mécanique et grossière du mot d’ordre "dictature des ouvriers et des paysans", des pays à la veille d’une révolution double aux pays de capitalisme surdéveloppé. Un autre fardeau de ce qui avait toujours été sans aucune équivoque la marque exclusive du parti révolutionnaire marxiste disparaissait.

De moins en moins ancrée à des principes fermes, l’Internationale se laisse une nouvelle fois aveugler par l’attrait du fait contingent et la crainte d’être prise de vitesse par la social-démocratie dans la "conquête des masses" ; et le problème sans aucun doute vital d’une action énergique en direction des paysans pauvres est vu sous l’angle d’une manœuvre qui, en l’espace de quelques années, débouchera sur la théorisation d’un rôle mondial autonome de la classe paysanne sans prise en considération de la variété et du caractère contradictoire de ses divers composants, et hors de toute caractérisation précise de ses rapports avec le prolétariat industriel et agricole, dans les pays à haut développement capitaliste et dans l’immense aire coloniale et semi-coloniale, asiatique en particulier [15].

Mais le point sensible, en cette cruciale année 1923, reste l’Allemagne : c’est ici (encore plus qu’en Bulgarie et en Estonie, que nous laissons de côté pour l’instant) que les oscillations tactiques et l’éclectisme du Komintern produisent dans la deuxième moitié de l’année ce désastre qui, par ses conséquences immédiates et lointaines, prépare les défaites en Chine, en Angleterre et la crise fatale du parti russe et de l’Internationale elle-même les années suivantes.

Brusquement, en juillet 1923, alors qu’elle était longtemps restée passive devant les développements de la situation allemande (passivité peut-être due à la conscience du manque de consistance et d’homogénéité du KPD), l’Internationale s’alarme devant le danger fasciste, et affirme d’autre part sa conviction (fondée ou non, nous n’en discutons pas) qu’un cycle pré-révolutionnaire va bientôt s’ouvrir. Toutefois les directives restent pendant longtemps vagues et prudentes.

L’annulation, à la suite de l’interdiction gouvernementale, de la grande "journée anti-fasciste" (qui avait été fixée au 23 juillet), reçoit l’accord de Moscou et, du même coup, ravive les désaccords entre la direction et la gauche du KPD, entre Berlin la rouge et une province tiède, entre le prolétariat déjà en action et l’"aristocratie ouvrière" lente à se mettre en branle.

Début août, devant les signes évidents d’agonie du gouvernement Cuno, la direction du KPD estime que le moment de la mobilisation des masses sous le mot d’ordre du "gouvernement ouvrier et paysan" est proche, alors que la "gauche" proclame depuis sa forteresse berlinoise que « la phase intermédiaire du gouvernement ouvrier est pratiquement de plus en plus improbable ». Tandis qu’éclatent de nouvelles grèves imposantes, et dans la confusion produite par ce jeu de bascule entre mots d’ordre opposés, le grand capital, fermement décidé à liquider la campagne (qui avait désormais fait faillite) de "résistance passive" contre l’occupation de la Ruhr et à se réconcilier avec l’Entente, en particulier avec l’Angleterre, envoie Streseman au pouvoir.

La réaction de Moscou – désormais habituelle – est un virage brutal de l’attentisme pessimiste à l’optimisme frénétique : « La Révolution est aux portes de l’Allemagne – écrit l’organe du Profintern (Internationale syndicale rouge) en septembre. C’est l’affaire de quelques mois ». En présence de l’état-major complet du KPD, on décide à Moscou, au milieu de mille revirements, qu’il faut préparer d’urgence l’assaut du pouvoir et même en fixer la date. Sur quelle base ? Aucun doute la-dessus : le IV Congrès l’a affirmé, le III Exécutif élargi l’a confirmé. Le 1er octobre, au plus fort de la crise économique et sociale, Zinoviev déclare au secrétaire du parti allemand, Brandler, qu’il voit « le moment décisif d’ici quatre, cinq, six semaines ». Il est donc "nécessaire… de poser de façon concrète le problème de notre participation au gouvernement saxon [dominé par les sociaux démocrates] à condition que les gens de Zeigner [président du conseil, réformiste, NdR] soient réellement disposés à défendre la Saxe contre la Bavière et les fascistes ». Ainsi malgré 1918, 1919, 1921, on fait à nouveau confiance à la "volonté" des sociaux-démocrates de renoncer à être… eux-mêmes !

Dans la brochure Problem der deutschen Revolution, écrite justement à ce moment-là par le président de l’Internationale (Zinoviev), d’une part on affirme avec raison que « la prochaine révolution allemande sera une révolution prolétarienne classique » (c’est-à-dire "pure"), tout en tirant des conclusions excessivement optimistes du haut degré d’organisation et de l’esprit de discipline du prolétariat allemand (ce talent et cette fascination de l’organisation dans lesquels Rosa Luxembourg en 1918 et Trotsky en 1920 avaient vu une des causes de l’échec devant l’épreuve cruciale de la guerre, en l’absence d’une ferme direction de parti) ainsi que de sa "culture" (l’autre face d’une importante couche d’aristocratie ouvrière) ; d’autre part, on attribue un rôle révolutionnaire « aux masses petites-bourgeoises urbaines, aux petits et moyens fonctionnaires, aux petits commerçants, etc. » et on en arrive à émettre l’hypothèse selon laquelle « le rôle joué dans la révolution russe par la paysannerie lasse de la guerre sera repris jusqu’à un certain point dans la révolution allemande par les larges masses petites-bourgeoises urbaines, poussées par le développement du capitalisme au bord de la faillite économique » !!

Dans cette époustouflante analyse, une ombre toutefois. Le front unique a obtenu sans aucun doute en Allemagne l’effet souhaité : entraîner dans la lutte même « les couches les plus rétrogrades de la classe ouvrière, les rapprochant de l’avant-garde révolutionnaire » ; « l’heure approche où l’énorme majorité des travailleurs allemands, qui met encore aujourd’hui quelque espoir dans la social-démocratie, sera définitivement convaincue que la lutte décisive doit être menée sans et contre les ailes droite et gauche du SPD qui se rapprochent » ; mais cette heure n’a pas encore sonné, et pour qu’elle sonne, un nouveau "round" d’expériences, non seulement de front unique politique, mais de gouvernement de coalition "ouvrière" est nécessaire. C’est pourquoi on impose l’entrée des communistes dans le gouvernement de Saxe, dans un double but : « 1) aider l’avant-garde révolutionnaire de Saxe à s’implanter, à occuper un terrain déterminé et à faire de son pays le point de départ de batailles ultérieures ; 2) offrir aux sociaux-démocrates de gauche la possibilité de se démasquer dans les faits, permettant ainsi aux prolétaires sociaux-démocrates de se défaire de leurs dernières illusions" !

Par ailleurs, l’expérience de gouvernement, qui ne peut se faire qu’ « avec l’accord du Komintern », n’a de sens « que si elle offre toute garantie que l’appareil d’État commencera réellement à servir les intérêts de la classe ouvrière, que des centaines de milliers de travailleurs seront armés pour la lutte contre le fascisme bavarois, et allemand en général, qu’on commencera effectivement, non seulement par des paroles mais dans les faits, à expulser en masse les fonctionnaires bourgeois de l’appareil d’État … et que l’on prendra sans retard des mesures économiques de caractère révolutionnaire de nature à frapper la bourgeoisie de façon décisive ». Autrement dit, il faut, selon les termes du célèbre télégramme de Zinoviev à Brandler du 1er octobre 1923 « armer immédiatement 50 à 60 000 hommes en Saxe… et autant en Thuringe ».

Tout ici est contradictoire : on annonce une situation révolutionnaire soi-disant "favorisée" par l’intervention subversive des grandes masses petites-bourgeoises et on en indique le dénouement dans une combinaison parlementaire-gouvernementale ; on exalte les succès obtenus au moyen du front unique en réunissant autour du parti l’énorme majorité de la classe ouvrière et on se soumet à une coalition avec la plus discréditée des social-démocraties mondiales ; on prône la "conquête du pouvoir" de la manière révolutionnaire classique et on indique le chemin dans l’armement du prolétariat, l’expulsion des fonctionnaires bourgeois et l’introduction de mesures dictatoriales anti-bourgeoises, comme mesures à prendre par un gouvernement à majorité social-démocrate ; on se donne pour but de "démasquer" ainsi le SPD et on ne fait qu’effacer totalement les caractères distinctifs de son propre parti ; on prétend qu’ainsi le KPD « convaincra par des faits la majorité de la classe ouvrière allemande qu’il n’est plus seulement l’avant-garde, comme pendant les années 1919-1921, mais qu’il a derrière lui des millions de travailleurs », et on présente à ces derniers le fait humiliant et ignominieux d’une combinaison gouvernementale où trois ministres communistes (dont l’un est le secrétaire du parti, Brandler) sont entièrement à la merci des ministres sociaux-démocrates, des assassins de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et, alors qu’ « ils ont derrière eux des millions et des millions de prolétaires », les appellent, non pas à prendre d’assaut le pouvoir, mais à attendre patiemment et avec confiance quelques fusils de la part des compères réformistes ! Une coalition, alors qu’on proclame qu’on est à la veille de l’insurrection !

Le mépris de Trotsky dans Les leçons d’Octobre pour cette rechute dans les hésitations capitulardes de la minorité bolchevik face à la conquête du pouvoir en 1917 ( mais en pire) était plus que justifié, même si, éludant la question de fond, il ne s’apercevait pas que cette "récidive social-démocrate" était la conclusion nécessaire des tactiques "élastiques" du front unique et du gouvernement ouvrier, que lui-même avait soutenues et défendues avant et après 1925 [16].

On fixe la date de l’insurrection à partir… de la plate-forme de lancement d’un gouvernement socialo-communiste, puis on la déplace parce que la direction allemande le suggère : tout se passe comme si la révolution était un fait technique, et non le produit d’une situation objective bien précise et d’une préparation subjective adéquate faite par le parti (depuis des mois celui-ci prônait aux prolétaires la voie semi-légale des manœuvres d’approche à l’égard de tel ou tel groupe, et des solutions gouvernementales ou para-gouvernementales).

On met en garde le parti afin d’éviter que « dans l’Allemagne d’aujourd’hui, bouillonnante et tumultueuse, où l’avant-garde se jettera aujourd’hui ou demain dans la lutte décisive en entraînant derrière elle l’infanterie lourde prolétarienne, la tactique juste du front unique ne se transforme en son contraire », mais on fait tout pour que cela arrive, en enchaînant le parti – dans un ou deux États régionaux au plus, isolés dans le vaste ensemble du territoire allemand et pris en étau entre le pouvoir central, entièrement aux mains de la bourgeoisie, et les troupes plus ou moins régulières de Bavière, réservoir habituel de la contre-révolution allemande – au char d’une social-démocratie dont la vocation à la trahison a été amplement prouvée.

On proclame : « Dans l’Allemagne d’aujourd’hui, arrivée au seuil de la révolution, la formule générale de « gouvernement ouvrier et paysan » est déjà insuffisante… et nous devons, non seulement dans la propagande mais dans l’agitation de masse, montrer et faire clairement comprendre non seulement à l’avant-garde mais aussi aux grandes masses qu’il ne s’agit de rien d’autre que de la dictature du prolétariat, ou de la dictature des travailleurs des villes et des campagnes », et on prétend atteindre cet objectif en allant, et en restant, au gouvernement avec une social-démocratie qui, par ses déclarations programmatiques explicites et par sa tradition confirmée dans les faits, exclut l’emploi de la dictature et de la terreur…

L’épilogue ne se fit pas attendre. Quelques jours après, le 20 octobre 1923, le gouvernement central du Reich envoie au gouvernement de Saxe un ultimatum afin que soient immédiatement dissoutes les milices ouvrières, aux effectifs d’ailleurs très faibles, et menace, en cas de refus, de donner l’ordre à la Reichwehr de se mettre en mouvement. Le parti décide de lancer une grève générale dans toute l’Allemagne, mais, manquant de confiance en soi, et n’étant pas sûr d’avoir le soutien des prolétaires désorientés par ce carrousel de mots d’ordre et d’objectifs contradictoires, Brandler pense qu’il faut d’abord "consulter" les masses – représentées par une assemblée d’ouvriers et de cadres politiques et syndicaux qui se réunit à Chemnitz ; puis après s’être convaincu que le moment favorable est passé, il annule l’ordre de cesser le travail. Un détachement de la Reichwehr suffit à déposer le gouvernement de Saxe ; par suite d’un retard dans la transmission de l’ordre d’annulation de la grève, le prolétariat de Hambourg se soulève de façon isolée, et il est maté en vingt-quatre heures. Ce sont les prolétaires qui, sous la direction du parti, auraient dû se mettre en mouvement : ce fut l’armée qui le fît, sous la direction des généraux du Kaiser laissés à leurs postes par Ebert et Scheidemann. Quelques foyers de résistance furent rapidement maîtrisés : l’épisode allemand de 1923 était terminé.

Il sera facile, au cours des mois suivants, et particulièrement lors de l’Exécutif élargi des 8-12 janvier 1924, d’imputer la responsabilité du désastre aux insuffisances, aux erreurs et aux faiblesses de la direction du parti allemand : il sera tout aussi facile à cette dernière de répondre que – mis à part quelques erreurs de détail – elle n’avait fait qu’appliquer les directives du Komintern, elles-mêmes conformes aux résultats du IV Congrès . Pour sauver les meubles, c’est-à-dire l’ "unité" d’un parti plus divisé que jamais, on remaniera la direction et on condamnera les "coupables", tout en les maintenant en tant que minorité suspecte dans la nouvelle direction de "gauche" (qu’un an plus tard, on déclarera pire que la précédente  [17].

Mais le plus grave est que, parallèlement, on annoncera le énième "tournant tactique" à l’échelle mondiale : Plus de front unique au sommet – tel que l’avaient pratiqué, à la suite d’une "mauvaise interprétation" des résolutions du IV Congrès, divers partis et en premier lieu le parti allemand – mais front unique à la base. « Le moment est venu de proclamer ouvertement que nous renonçons à toute négociation avec le comité central de la social-démocratie allemande, et avec la direction centrale des syndicats allemands ; nous n’avons pas à discuter avec les représentants de la social-démocratie. Unité à la base, voilà notre mot d’ordre : déjà réalisé en partie, le front unique à la base est maintenant réalisable aussi contre ces messieurs ». Plus de distinctions subtiles entre droite et gauche social-démocrates : « les sociaux-démocrates de droite sont des traîtres reconnus ; ceux de gauche, au contraire, ne font que masquer par leur phraséologie l’action contre-révolutionnaire des Ebert, des Noske et des Scheidemann. Le KPD repousse toute négociation non seulement avec la direction du SPD mais aussi avec les dirigeants de "gauche", du moins tant que [on rouvrait une petite porte après avoir fermé le grand portail- NDR] ces héros n’auront pas eu le courage de rompre ouvertement avec la bande de contre-révolutionnaires qui est à la tête du parti social-démocrate ».

L’interprétation selon laquelle le gouvernement ouvrier et paysan est « un gouvernement dans le cadre de la démocratie bourgeoise, une alliance politique avec la social-démocratie », cette interprétation n’est plus possible ; « le mot d’ordre de gouvernement ouvrier et paysan signifie, dans la langue de la révolution, dictature du prolétariat … et jamais, en aucun cas, tactique d’accord et transaction parlementaire avec les sociaux-démocrates. Au contraire, l’activité parlementaire des communistes doit elle aussi avoir pour objectif de démasquer le rôle contre-révolutionnaire de la social-démocratie et de montrer aux ouvriers que les gouvernements "ouvriers" qu’elle a mis sur pied ne sont que duperie et imposture, qu’ils ne sont en réalité que des gouvernements bourgeois libéraux ». Ne plus opposer le "meilleur gouvernement" et le "pire" : « fascisme et social-démocratie sont la main droite et la main gauche du capitalisme contemporain ».

Lors du V Congrès de l’Internationale Communiste (17 juin-8 juillet 1924) qui d’une part reflète le profond désarroi des partis après le bilan catastrophique de deux années de brusques tournants tactiques et d’ordres équivoques ( Togliatti lui-même demande que l’on dise enfin clairement ce qu’il faut faire exactement !), de l’autre confirme la pratique de la crucifixion des dirigeants des sections nationales sur l’autel de l’infaillibilité de l’Exécutif, c’est encore la Gauche qui fait entendre la seule voix sévère – mais sereine et dépouillée de toute fioriture personnelle et locale.

S’il avait jamais été dans ses habitudes de se réjouir de voir ses prévisions confirmées de façon éclatante par la preuve terrible du sang prolétarien inutilement versé, ou de demander à son tour que des têtes de "coupables" ou de "corrompus" tombent pour laisser la place à des têtes "innocentes" et "incorruptibles", ça aurait été le moment de le faire. Mais ce n’est pas ce que la Gauche demande et veut : elle demande et elle veut que l’on plonge courageusement le bistouri dans les déviations de principes dont ces "erreurs" étaient le produit inévitable, alors que les "têtes" n’en étaient que l’expression occasionnelle. "Front unique à la base" ? Soit : à condition qu’on ne laisse la porte ouverte à aucune "exception" dans un sens opposé (comme on le fait déjà en le proposant), et à condition qu’on proclame sans équivoque que « la base du front unique ne peut jamais être un bloc de partis politiques. On peut établir cette base dans d’autres organisations de la classe ouvrière, peu importe lesquelles, pourvu que leur structure permette à une direction communiste de les conquérir ».

Aucune invitation, donc, en direction d’organisation, comme la droite ou la gauche social-démocrate, qui ne peuvent pas « lutter sur la voie finale de la révolution communiste mondiale », ni même « soutenir les intérêts contingents de la classe ouvrière » et auxquelles il serait criminel de « délivrer par notre attitude un certificat d’aptitude révolutionnaire, contredisant ainsi tout notre travail de principe, tout notre travail de préparation de la classe ouvrière ».

Lutte contre la social-démocratie, "troisième parti bourgeois" ? D’accord ; mais comment justifier alors la toute dernière "bombe" que constituait la proposition de fusion de l’Internationale Syndicale Rouge avec l’ignoble Internationale Syndicale d’Amsterdam ? "Gouvernement ouvrier" "synonyme de dictature du prolétariat" ? Nous avons trop chèrement payé le fait d’avoir employé ne serait-ce qu’une phrase ambiguë : nous demandons un « enterrement de troisième classe non seulement pour la tactique mais pour l’expression même de gouvernement ouvrier ». Nous le demandons parce que « dictature du prolétariat, cela nous dit : le pouvoir prolétarien ne peut être conquis que par l’action révolutionnaire, l’insurrection armée des masses. Lorsque je dis gouvernement ouvrier, on peut aussi, si on veut, entendre tout cela ; mais si on ne veut pas, on peut aussi entendre (Allemagne ! Allemagne !) un autre type de gouvernement non caractérisé par le fait qu’il exclurait la bourgeoisie des organes de représentation politique et donc par le fait que la conquête du pouvoir se fait par des moyens révolutionnaires et non par des moyens légaux ».

Nous répond-on que la formule de "gouvernement ouvrier" est plus facile à comprendre pour les masses ? Nous disons : « Que peut bien comprendre un simple travailleur, un simple paysan au gouvernement ouvrier, alors que, au bout de trois ans, nous qui sommes les chefs du mouvement ouvrier, nous ne sommes pas encore arrivés à comprendre et à définir de façon satisfaisante ce qu’est au juste ce gouvernement ? ».

Mais le problème est encore plus profond. Qu’en 1925 l’Internationale aille "à gauche", cela pourrait être pour nous un motif de soulagement, si nous posions le problème en termes de revanche mesquine. Mais ce n’est pas ainsi que nous le posons : « ce que nous avons critiqué dans la méthode de travail de l’Internationale, c’est précisément cette tendance à aller à droite ou à gauche selon les indications de la situation, ou les interprétations qu’on croit pouvoir en donner. Tant qu’on n’aura pas discuté à fond du problème de l’élasticité, de l’éclectisme (…), tant que cette élasticité persistera, de nouvelles oscillations devront nécessairement se produire et un brusque tournant à gauche nous fera toujours craindre un autre tournant, encore plus marqué à droite [faut-il dire que c’est justement ce qui s’est produit au cours des années suivantes ?-NDR]. Ce n’est pas une déviation à gauche dans la conjoncture actuelle que nous demandons, mais une rectification générale des directives de l’Internationale : peu importe que cette rectification ne soit pas faite comme nous le demandons (…) mais il faut qu’elle soit faite, et de façon claire. Nous devons savoir où nous allons ».

Et enfin : c’est nous, la Gauche, qui voulons plus que quiconque la centralisation et la discipline mondiales ; mais en la matière, « on ne peut se fier à la bonne volonté de tel ou tel camarade qui, au bout de vingt séances, signe un accord aux termes duquel la droite et la gauche se sont finalement unies » ; c’est « dans la réalité, dans l’action, dans la direction du mouvement révolutionnaire du prolétariat tendu vers l’unité mondiale » que cette discipline doit se réaliser ; pour cela, « il faut une direction tactique claire et une continuité dans la constitution de nos organisations, dans l’établissement des limites qui nous séparent des autres partis ». Il faut donc jeter les bases de la discipline en la faisant reposer sur le socle inébranlable de la clarté, de la fermeté et de l’invariance des principes et des directives tactiques.

Autrefois, au cours d’années que leur éclat faisait paraître éloignées, la discipline provenait d’un processus organique qui plongeait ses racines dans la force doctrinale et pratique de granit du parti bolchevik : aujourd’hui, ou bien on la reconstruit sur les fondements collectifs du mouvement mondial, dans un esprit de sérieux et dans la compréhension fraternelle de la gravité du moment, ou bien tout est perdu.

La Gauche ose proclamer, à ce congrès qui effleure à peine la question russe, considérée comme un tabou dangereux, que la "garantie" que l’on ne retombera pas dans l’opportunisme ne peut venir du seul parti russe, parce que c’est le parti russe qui a besoin, un besoin urgent, de nous ; parce que c’est en nous qu’il cherche la "garantie" que nous lui demandons en vain. Le moment est venu « pour l’Internationale du prolétariat mondial de rendre au P.C. russe une partie des innombrables services qu’elle a reçus de lui. Du point de vue du danger révisionniste, c’est la situation du parti russe qui est la plus périlleuse, et les autres partis doivent le soutenir contre ce danger. C’est dans l’Internationale qu’il doit puiser l’essentiel de la force dont il a besoin pour traverser la situation extrêmement difficile dans laquelle il se débat » [18].

Grande bataille, mais bataille perdue ! La crise interne du parti bolchevik sera accentuée par la débâcle de l’Octobre allemand. Du reflux de la révolution en Occident et de sa théorisation opportuniste sortira le monstre du "socialisme dans un seul pays". Du front unique "à la base" on reviendra aux enthousiasmes pour le front unique au sommet, et même, en Allemagne, aux tours de valse avec le radicalisme bourgeois [19]; en Italie pendant la crise Matteotti, à la désastreuse proposition faite par Gramsci aux "oppositions" de constituer un Anti-Parlement, proposition fondée une fois de plus sur l’attribution d’un rôle autonome à la petite-bourgeoisie et annonçant les futurs "fronts populaires" contre le fascisme ; à la doctrine ignoble "qui veut la fin veut les moyens", dont on cherchera un garant dans un "marxisme-léninisme" vidé de sa substance et ravalé au rang d’une vulgaire formule machiavélique, et ainsi de suite. A chacune de ces déviations une réponse est donnée dans la partie générale des Thèses de Lyon, tandis que leur "histoire" est résumée dans la partie internationale et dans la partie italienne, sur lesquelles nous n’insisterons donc pas. Tout le monde connaît la suite : l’Internationale châtrée, réduite à n’être qu’un instrument docile de la politique étrangère de l’État russe ; l’abandon de tout principe ; enfin la dissolution du Komintern en raison de l’alliance de guerre de la Russie avec les "démocraties" et la voie libre à toutes les ignominies de l’après-guerre.

* * *

Le désastre survenu, l’Internationale elle-même critiqua la tactique du gouvernement ouvrier, ou tout au moins l’application qui en avait été faite ; on dit aussi qu’il fallait constituer le front unique à la base et non au sommet : un tournant à gauche succédait à un tournant à droite. La Gauche répliqua que tout cela ne la satisfaisait pas le moins du monde : « Nous avons critiqué précisément cette tendance de la direction de l’Internationale à aller à droite ou à gauche selon les sollicitations de la situation ou selon l’interprétation que l’on croyait devoir donner du développement des événements. Tant qu’on n’aura pas discuté à fond le problème de l’élasticité, de l’éclectisme…, tant que cette élasticité sera maintenue, des oscillations se produiront et une oscillation à gauche nous fera toujours craindre une prochaine oscillation, encore plus marquée, à droite. Or, ce n’est pas un tournant à gauche dans la conjoncture actuelle que nous demandons, mais une rectification claire et précise des directives de l’Internationale [20].

Amère, mais claire prophétie. Presque immédiatement, l’assassinat de Matteoti en Italie [21] entraînera un nouveau virage à droite de 180° : on opposera au fascisme l’ "Anti-parlement", la défense de la liberté, le front avec toutes les oppositions. Le front populaire, les alliances de guerre, la participation aux gouvernements de coalition d’après-guerre, les efforts actuels pour y participer de nouveau en tant que "parti populaire", tout cela pointait déjà dans la politique amorcée alors.

Tandis que la tactique évoluait ainsi, dans le but de réaliser au plus vite une vaste concentration de forces révolutionnaires, on abandonnait ces rigoureux critères d’organisation qui avaient été définis par les 21 conditions d’admission considérées à l’origine comme la base nécessaire pour constituer les partis communistes. La présence au II Congrès d’organisations non politiques, "ouvriéristes" ou anarcho-syndicalistes comme les I.W.W. ou les Shop-stewards, nous semblait déjà fort étrange, quel que soit le respect que l’on puisse avoir pour leur élan révolutionnaire ; que dire alors de la proposition de faire adhérer le parti anglais au Labour Party sous prétexte que celui-ci pouvait être considéré comme une association de trade unions  ? Toutes ces manœuvres, déjà bien risquées dans une période révolutionnaire, devenaient ruineuses dans des circonstances normales. Elles entraîneront la proposition d’unification de l’Internationale syndicale d’Amsterdam et les innombrables manœuvres en direction de fantomatiques courants "de gauche" que l’on croyait pouvoir distinguer dans les partis ou les organisations ouvrières.

Le II Congrès datait de quelques mois à peine que le principe de l’adhésion individuelle était une première fois violé par la fusion du parti communiste d’Allemagne avec la gauche des Indépendants. On regrettera plus tard (en sourdine, et non sans blâmer Paul Lévi qui le disait publiquement) que la scission de Livourne, en Italie, ait été faite "trop à gauche" par rapport à la scission "majoritaire" de Tours, en France, par exemple, et l’on accepta de "négocier" à Moscou (III Congrès) avec le Parti Socialiste Italien qui posait sa candidature à l’Internationale Communiste alors que le parti communiste d’Italie était déjà constitué. Notre franche hostilité à ces méthodes se basait sur le fait que le parti communiste ne peut être le fruit d’improvisations et, moins encore, de manœuvres diplomatiques ou parlementaires, mais bien le produit unique d’un processus de maturation organique dont l’aspect fondamental est la continuité théorique, programmatique, organisationnelle.

D’autre part, les considérations pratiques, ou, si l’on veut, "immédiates" n’étaient pas non plus négligeables : de telles "évolutions" désorientaient les militants et plus généralement les prolétaires, elles interrompaient ou tout au moins retardaient le développement naturel des jeunes partis, car les ouvriers finissaient par penser que la III Internationale reprenait à son compte la basse cuisine politique que l’on avait dénoncée dans la pratique de l’Internationale socialiste. Le parti d’Italie, qui affrontait la sévère réaction patronale, fasciste et démocratique, dut ainsi courtiser les centristes et les soi-disant internationalistes [22]; on lui reprocha même de n’avoir pas accepté de s’allier avec l’organisation franchement équivoque des "Arditi del popolo". On toléra et on encouragea le noyautage politique, jusqu’à en arriver, en Chine, à ce scandale de l’adhésion individuelle des communistes au Kuomintang ; en 1924, on institua (seule la Gauche s’y était opposée) l’étrange catégorie des "partis sympathisants", sorte de "compagnons de route" de l’Internationale révolutionnaire : une tragique ironie voulut que le premier exemple en soit ce Kuomintang qui massacrera par la suite les ouvriers de Shangaï et de Canton.

On eut ainsi des partis nombreux. Mais on dut vainement s’efforcer, en chargeant de cette tâche la Gauche italienne, de donner quelques leçons élémentaires de marxisme au parti communiste français ; il fallut bien constater aussi que dans le parti communiste tchécoslovaque, "fort" de quelque 300 000 membres en 1921, les ex-social-chauvins passés dans le camp de la révolution à la faveur de la mode, pullulaient, à commencer par son chef ou sous-chef Smeral (plus tard, il devint à bon droit le complice de Staline) ; et, finalement, on dut payer terriblement cher les continuelles rechutes du parti allemand dans le social-démocratisme. Toutes ces manœuvres furent dénoncées par la Gauche aux IV et V Congrès, pour ne citer que les principales assises internationales du mouvement : toutes donnèrent les fruits amers que nous goûtons aujourd’hui encore.

* * *

Nous avons vu – et nous arrivons au troisième aspect de la débâcle – comment, parallèlement aux manœuvres tactiques et même avec une certaine avance sur elles, et toujours dans l’illusion d’obtenir plus vite une large concentration des forces prolétariennes autour du parti, avait débuté un processus d’abandon graduel de cette rigueur dans les critères d’organisation que les vingt et une conditions avaient pourtant revendiquée comme un préalable nécessaire à la constitution de l’Internationale sur des bases non factices et non fluctuantes.

Contre notre avis, on avait commencé à tolérer dans les draconiennes conditions d’admission une marge de manœuvre possible, afin de tenir compte des "particularités nationales". C’est en hommage à celles-ci que l’ Internationale avait accepté l’adhésion presque totale de l’ex-parti socialiste français avec pour seul résultat d’être obligée de constater, à chaque nouvelle session de l’ Exécutif, que l’on avait en face de soi le spectre maladroitement maquillé de la vieille social-démocratie parlementariste et même chauvine. Auparavant, elle avait donné son aval à la fusion du KPD avec la "gauche" des indépendants : là encore le seul résultat obtenu fut de les voir filer à nouveau après avoir largement contaminé  le parti et aggravé ses tares originelles.

Elle avait pratiqué au sommet, par exemple à l’égard du Parti Socialiste Italien, ce "fédéralisme" qu’en 1923 on reprochera aux partis norvégien et danois, et ce chaque fois que semblait se manifester dans un pays quelconque une vague possibilité de recruter de nouvelles forces numériques. A côté des partis communistes – et presque à égalité avec eux – on avait accueilli dans les rangs de l’ Internationale révolutionnaire des partis soi-disant sympathisants.

En continuant d’égrener le chapelet des innovations tactiques, on redonnait chaque fois de la vigueur aux courants centrifuges qui sommeillaient dans tous les partis, et les tournants brusques qui se succédaient suscitaient la confusion et des ruptures même chez les militants les plus solides. Aussi le problème de la "discipline" forcément, non en tant que produit naturel et organique d’une homogénéité théorique préalable et d’une saine convergence dans l’action pratique, mais au contraire en cas de manifestation morbide de la discontinuité dans l’action et de l’hétérogénéité dans le patrimoine doctrinal. La "poigne de fer" s’imposait dans la mesure même où on constatait des erreurs, des déviations, des fléchissements, auxquels on essayait de remédier en remaniant les comités centraux ou les exécutifs, et elle était d’autre part idéalisée comme méthode et règle interne du Komintern et de ses sections, et comme antidote souverain, non pas contre les adversaires et les faux amis, mais contre les camarades. La ronde infernale des procès contre... soi-même, l’époque de ce que la Gauche, au VI Exécutif élargi, appela « le sport de l’humiliation et du terrorisme idéologique » (exercé souvent par d’ "ex-opposants humiliés") avait commencé : et il n’est pas de procès sans geôlier.

Toute discipline à l’égard du programme clairement établi au II Congrès avait été violée. Pour enrayer le désarroi, la confusion, le chaos qui en résultaient inéluctablement, on voulut imposer une discipline "de fer", fabriquer de "véritables partis bolcheviks" comme des produits de laboratoire. On sait ce que deviendront ces caricatures du parti de Lénine sous la botte stalinienne. Dès 1921, nous avions mis en garde contre ce danger ; au IV Congrès, le représentant de la Gauche déclarait : « La garantie de la discipline ne peut être trouvée que dans la définition précise des limites à l’intérieur desquelles nos méthodes doivent être appliquées, dans la définition précise des programmes, des résolutions tactiques fondamentales et des mesures d’organisation ». Nous répétâmes au V Congrès qu’il était illusoire de poursuivre le rêve d’une discipline de fer, si la clarté et la précision dans ce qui est le préalable de toute discipline et de toute homogénéité dans l’organisation faisaient défaut ; qu’il était vain de se bercer de l’illusion d’un parti mondial unique, si la continuité et le prestige de l’organe international étaient continuellement détruits par le "libre choix", concédé non seulement à la base mais aussi aussi au sommet, des principes qui déterminent l’action pratique et de cette même action. Si cette clarté et cette précision n’existaient pas dans les domaines qui commandent toute discipline de l’organisation, il ne servait à rien d’invoquer le spectre d’une discipline de fer, pas plus que de se vanter d’une "bolchévisation" qui ne signifiait pas l’ intransigeance dans les fins, et l’adéquation des moyens aux fins.

La discipline appliquée comme un principe abstrait et quasi métaphysique ne suffisant pas, on découvrit une recette d’organisation ; on voulut reconstruire les partis (cinq ans après leur constitution première!) sur la base des cellules d’usine en espérant de ce changement de forme une solution de ce problème de qu’est la révolution. Nous répondîmes qu’une telle formule avait pu être commode dans la Russie d’avant 1917, quoique Lénine ne l’ait jamais érigée en dogme immuable, mais qu’elle ne pouvait être appliquée telle quelle en Occident. Son application mécanique impliquait une véritable rupture avec les principes de formation et le processus réel de genèse et de développement du parti révolutionnaire, une chute dans le "travaillisme" (VI  Exécutif élargi) : le parti marxiste n’est pas défini, en effet, par sa composition sociale, mais par le but vers lequel il tend, par son programme, qui est le véritable élément en fonction duquel on y adhère et on milite dans ses rangs et il est d’autant plus vivant qu’il n’est pas prisonnier du cadre étroit et corporatif de l’entreprise.

Nous montrâmes que cette "révision", célébrée comme un antidote de la bureaucratisation, aurait au contraire pour résultat d’hypertrophier le fonctionnarisme, car celui-ci resterait le seul lien aussi bien entre les cellules qu’entre les entreprises.

Allant plus loin, nous abordions le problème beaucoup plus vaste et général des rapports entre l’Internationale et le glorieux parti de Lénine, vers lequel convergeaient tous les problèmes qui deviendront brûlants dans la lutte intérieure du parti russe en 1925-26. Nous dénoncions, avant qu’il ne fût trop tard, la fureur et la manie de la "lutte contre le fractionnisme", cette chasse aux sorcières qui célébrera ses saturnales pendant l’ignoble campagne de 1926-1928 contre la gauche russe et ensuite contre la droite, alors que dans le parti bolchevik des années glorieuses, elle ne s’était pas même exercée contre les ennemis déclarés – qui étaient détruits, s’il le fallait, mais jamais couverts de boue – cette chasse aux sorcières qui, franchissant les frontières de l’État russe, accouchera d’abord de l’ignoble personnage de l’accusateur public, ensuite du délateur professionnel, et enfin du bourreau.

Autant la révolution prolétarienne est généreuse, autant la contre-révolution (l’expression est de Marx) est cannibale. Le premier symptôme de la montée de l’ "astre" contre-révolutionnaire (le signe, disons-nous, et non la cause) sera le féroce, le visqueux cannibalisme hypocritement masqué de phraséologie "léniniste", et personne ne le pratiquera avec plus de zèle que les recrues de la dernière heure, les mencheviks "convertis", les sociaux-patriotes qui s’étaient recouvert la tête de cendres, les hommes qui disaient toujours "oui" dans l’obscurité qui lentement devenait plus épaisse, eux qui avaient toujours répondu "non" ou tout au plus "oui mais" dans la grande lumière qui, pensions-nous, ne devait plus jamais se ternir.

De là nous élargissions le problème à la question encore plus brûlante du sauvetage de la Révolution d’Octobre au cours de cette cruciale année 1926. Nous lançâmes un ultime appel pour que, contre toutes les interdictions et les menaces de sanctions qui n’avaient rien de métaphorique, la crise du parti russe fût discutée dans tous les partis et dans leurs assises mondiales, « car la révolution russe est la première grande étape de la révolution mondiale, c’est aussi notre révolution, ses problèmes sont nos problèmes et chaque membre de l’Internationale a non seulement le droit mais le devoir de collaborer à leur solution » (VI Exécutif élargi), car nous savions que cette crise n’était autre que la crise de l’Internationale Communiste.

Reprenant un argument que les historiens d’aujourd’hui comprennent exactement à l’envers (c’est leur métier !), nous rappelions que la grandeur du parti russe avait été d’appliquer à un pays arriéré la stratégie et la tactique prévues pour les capitalismes pleinement évolués dans le cadre d’une vision mondiale de la Révolution d’Octobre et que, pour construire une barrière solide contre les résurgences de l’opportunisme, l’Internationale devait « trouver pour les questions stratégiques » (et avant tout pour celle des rapports entre la dictature du prolétariat victorieuse en URSS et le prolétariat mondial en lutte, entre État et parti et particulièrement entre État et Internationale Communiste, aussi bien que pour l’arc immense de la stratégie révolutionnaire dans le monde et de la tactique qui s’y rattache) « des solutions qui sortent du cadre de l’expérience russe » [23]. Ce que nous réclamions, ce n’étaient pas des raccommodages, mais un changement radical dans les méthodes de l’Internationale.

Lorsque le parti bolchevik donnait le meilleur de lui-même au mouvement communiste international, il était inévitable, peut-être même nécessaire, que l’Internationale reposât entièrement sur son "sommet" bolchevik. Mais, comme la doctrine et la perspective de Lénine elle-même l’avaient prévu, la lutte de classe se rallumait maintenant en Union Soviétique, et le heurt entre le prolétariat et la petite et moyenne bourgeoisies, urbaines et rurales (et plus tard, la bourgeoisie tout court, à l’échelle internationale), trouvait son expression directe dans les fractions désormais opposées du parti. Il fallait donc que l’immense patrimoine apporté par celui-ci aux partis frères, au prix de gigantesques sacrifices, lui soit restitué, mais renforcé par un bilan général de l’action communiste que la situation historique l’empêchait de faire et que l’Occident aurait dû savoir lui apporter. Ce n’étaient plus des problèmes secondaires qui divisaient le merveilleux instrument de la victoire d’octobre, il s’agissait maintenant de question fondamentales, de principe et l’affrontement prendra bien vite un aspect dramatique et sanglant.

Les partis purs n’existent pas, et dans de tels cas les "garanties" subjectives, toujours relatives, cessent de jouer, même relativement. Dans le cas du parti russe de 1926, la garantie "subjective" de non-corruption -toujours incertaine et relative- cessait de jouer : ce n’était pas des questions secondaires mais centrales et de principe qui divisaient ce magnifique organe de bataille théorique et pratique qu’avait été le parti de l’ Octobre rouge.  Il fallait que l’Internationalisme prolétarien reprenne tout son éclat pour que la citadelle de la révolution mondiale des années ardentes de l’après-guerre soit sauvée : les "élèves" devaient passer "maîtres", les militants qui avaient trouvé là leur salut devaient répondre au cri d’alarme surgi du sous-sol économique et social de la Russie. C’était la seule sauvegarde possible du communisme devant les aberrations du "socialisme dans un seul pays", ou plus tard des "voies nationales au socialisme" : la seule sauvegarde possible, là et à ce moment précis ou jamais plus !

Comme la Gauche l’avait demandé en vain dans chaque Congrès, le mouvement communiste devait être reconstruit de fond en comble sur la base des leçons d’Octobre et d’un bilan franc et viril de l’action de l’Internationale Communiste. Les "Thèses de Lyon" et le commentaire qui en fut fait à l’Exécutif élargi de février-mars 1926 voulaient être cet apport du mouvement international à la Russie révolutionnaire en péril ; nous fûmes bâillonnés et dispersés : mais si cet apport ne peut être transmis aux générations d’alors, il vaut pour les générations actuelles et futures.

* * *

Il serait anti-marxiste de chercher dans les seules déviations du Komintern de 1923 à 1926 la cause d’une catastrophe qui nous écrase aujourd’hui encore. Trop de facteurs y concoururent, trop de déterminations firent que ce cours historique s’imposât inévitablement. Mais l’action du parti est aussi un élément des situations objectives et, dans certaines circonstances, un élément fondamental. Reconnaître les origines historiques de l’opportunisme, disions nous au VI Exécutif élargi, n’a jamais signifié pour nous accepter l’opportunisme comme un fait nécessaire, historiquement inévitable : « même si la conjoncture et les perspectives nous sont défavorables ou relativement défavorables, on ne doit pas se résigner aux déviations opportunistes ou les justifier en déclarant qu’elles ont leur cause dans la situation objective. Et si, malgré tout, une crise intérieure se produisait, ses causes et les moyens de la résoudre doivent être cherchés ailleurs, c’est-à-dire dans le travail et la politique du parti ». Curieuse déduction, en effet, pour une Internationale dont les Congrès avaient fini par devenir le siège de procès intentés à des partis, à des groupes ou à des individus considérés comme responsables des tragiques insuccès du communisme en Europe et dans le monde : tout devenait maintenant le produit nécessaire de situations objectives défavorables.

En réalité, sinon le procès, du moins la révision critique devait être radicale et se fonder sur des données impersonnelles, en montrant combien le jeu des causes et des effets entre facteurs objectifs et subjectifs est infiniment complexe, et que si l’influence du parti sur les premiers – considérés pour un instant en eux-mêmes, indépendamment de notre action collective – est limitée, il est au contraire en notre pouvoir de sauvegarder, au prix d’une impopularité momentanée, les conditions qui seules permettront aux seconds d’agir sur l’histoire et de la féconder.

Le parti ne serait rien s’il n’était pas, pour ses militants et pour la classe ouvrière indifférenciée, le fil conducteur que le flux et le reflux des situations ne réussissent pas à briser ou, même s’ils le brisent, ne parviennent pas à l’altérer. La lutte pour que ce fil tienne bon, alors ; la lutte pour le renouer dans les longues années du stalinisme triomphant ; la lutte pour reconstruire dans son prolongement le parti mondial du prolétariat, voilà tout le sens de notre bataille.

 


 [1] Une introduction aux Thèses de Lyon est parue dans Programme Communiste n° 38 de 1967 ; elle développe largement les conséquences de la tactique du front unique et de la conquête de la majorité proposée par l’Internationale. Nous la complétons avec celle parue en italien dans le fascicule In difesa della continuità del programma comunista, edizioni il programma comunista, 1970, qui reprend et développe certains points de l’introduction de 1967, mais si elle développe amplement la question allemande de 1923, elle supprime une partie de l’introduction de 1967 sur la critique de la tactique du front unique que nous reproduisons ici.

 [2] La direction de gauche du Parti Communiste d’Italie, issue des congrès de Livourne et de Rome, fut remplacée provisoirement à la suite de l’arrestation des principaux dirigeants en février 1923, et définitivement après leur acquittement au cours du procès qui eut lieu en octobre de la même année. Après quelques résistances (surtout de la part de Terracini, mais aussi de Togliatti), la nouvelle direction "centriste" s’aligna progressivement sur les positions de l’Internationale. Cependant, à la Conférence nationale de Côme (mai 1924), elle était encore minoritaire par rapport à l’ensemble du parti, qui restait presque unanimement sur ses positions initiales. Malgré cela, la Gauche (dont la position resta identique lors du V Congrès de l’Internationale) refusa toute responsabilité à la direction du parti mais fit valoir qu’une telle éventualité dépendait entièrement d’un changement radical de la politique menée par Moscou. C’est ainsi qu’on peut lire dans le schéma de thèses présenté par la Gauche à la Conférence de Côme : « Si la ligne politique de l’Internationale et du parti devait rester opposée à celle qui est tracée ici, ou même indéterminée et imprécise comme elle l’a été jusqu’à maintenant, la tâche qui s’impose à la Gauche italienne est une tâche de critique et de contrôle, ainsi que le refus ferme et serein des solutions bâtardes obtenues au moyen de listes de comités directeurs et de divers concessions et compromis, le plus souvent sous le couvert démagogique du mot d’ordre tant acclamé et proclamé d’unité ». En toute cohérence, le représentant de la Gauche refusa au V Congrès non seulement le poste de vice-président de l’Internationale que lui avait proposé Zinoviev, mais tout partage de responsabilités dans la direction du Parti Communiste d’Italie, à un moment où ses chefs s’orientaient de plus en plus dans le sens voulu par Moscou et appuyé, en Italie, par la droite de Tasca et Graziadei. (Note de 1970)

 [3] Cette revendication n’avait, bien entendu, rien de "démocratique" ; elle n’opposait pas à la centralisation nécessaire l’ignoble décentralisation des "voies nationales" ; c’était au contraire une transposition sur le plan international de notre conception – le "centralisme organique" – selon laquelle le sommet, relié à la base de la pyramide par le fil unique et ininterrompu d’une doctrine et d’un programme uniques, en reçoit et synthétise les impulsions, faute de quoi la pyramide s’écroule. Inutile de dire que dans la situation de l’époque, l’Occident n’aurait pas pu donner à la Russie bolchevik ni même au Komintern l’oxygène qui leur manquait de plus en plus, pour la simple raison que lui-même s’était engagé dès le début dans un démocratisme qui n’arrêtera pas de s’amplifier et finira par triompher partout. Ce que la Gauche revendiquait, c’était un principe, valable toujours et partout, même quand il n’est pas réalisable dans l’immédiat pour des raisons contingentes : le principe qui voit, au sommet, l’Internationale comme parti unique du prolétariat révolutionnaire, puis ses sections "nationales" si elles existent encore et enfin, au bas de l’échelle, l’État prolétarien victorieux, qui est le plus vulnérable en raison même de son isolement (surtout dans un pays économiquement arriéré comme la Russie) et dont le pouvoir de coercition n’aurait jamais dû et ne devrait jamais être utilisé (comme le répétera avec force la Gauche au VI Exécutif élargi) pour "résoudre" les questions disciplinaires de l’Internationale ou du parti qui dirige la dictature du prolétariat. (Note de l’introduction de 1970)

 [4] Voir Storia della Sinistra comunista, volume I et I bis dont le résumé est paru dans les numéros 28, 29, 31 et 32 de Programme Communiste.

 [5] Cf Parti et action de classe, publié le 31 mai 1921 dans l’organe Rassegna Comunista du Parti Communiste d’Italie, traduit dans Programme Communiste n°30, 1965.

 [6] Voir Les Thèses de Lyon, III Questions italiennes.

 [7] Lénine, Lettre aux communistes allemands, 14 août 1921.

 [8] Discours du représentant de la Gauche communiste au IV Congrès de l’IC.

 [9] Discours du représentant de la Gauche au V Congrès.

 [10] Il s’agit d’un discours prononcé par Radek dans lequel il rend hommage à un fervent nationaliste allemand, membre des corps francs, exécuté en 1923 par l’armée française, Léo Schlageter qu’il présentait comme un "courageux contre-révolutionnaire".

 [11] La Gauche, pour les raisons indiquées plus haut, ne put faire entendre sa voix dans cette situation dramatique ; elle le fera un an plus tard, à la veille du V Congrès : « Nous nions que l’on puisse justifier le rapprochement en Allemagne du mouvement communiste et du mouvement national et patriotique sur ces bases (c’est-à-dire les thèses du II Congrès sur les questions nationale et coloniale). La pression exercée sur l’Allemagne par les puissances de l’Entente, même sous les formes aiguës et coercitives qu’elle a prises récemment, ne constitue pas un élément de nature telle que nous puissions considérer l’Allemagne au même titre qu’un pays de capitalisme arriéré. L’ Allemagne reste un très grand pays formidablement équipé sur le plan capitaliste, et dont le prolétariat est socialement et politiquement plus qu’ avancé… C’est amoindrir terriblement la tâche du grand prolétariat d’Allemagne que de la réduire à une tâche d’émancipation nationale alors que ce que nous attendons de ce prolétariat, et de son parti révolutionnaire, c’est qu’il parvienne à vaincre, non pour lui-même, mais pour sauver l’existence et l’évolution économique de la Russie des Soviets et pour déverser contre les forteresses capitalistes d’Occident le flot puissant de la révolution mondiale… Voilà comment l’oubli des principes sur lesquels sont fondées les solutions politiques communistes peut conduire à appliquer celles-ci là où manquent les conditions qui les ont suggérées, sous prétexte que les expédients les plus compliqués sont toujours utilisables utilement » (Le communisme et la question nationale, Prometeo n° 4, 15 avril 1924). Quant à notre interprétation du fascisme, qu’on se rapporte aux deux rapports de notre représentant au IV et V Congrès de l’Internationale Communiste (Note de 1970).

 [12] Pendant quelques mois, au cours de l’année 1923, le KPD qui s’efforçait désespérément d’attirer les "vagabonds du néant" de la petite-bourgeoisie agira comme un compagnon de route du NSPD nazi, les orateurs des deux partis se succédant sur les mêmes tribunes pour fulminer contre Versailles et Poincaré, provoquant la stupeur et l’indignation jusque dans les rangs du parti tchécoslovaque ! La lune de miel ne durera, il est vrai, que l’espace d’un matin, mais uniquement parce que les nazis dénoncèrent les premiers cette "alliance" de fait.

 [13] Bob La Follette (1855-1925) est un homme politique américain de la fraction de gauche du parti républicain. En vue de sa candidature aux élections présidentielles de 1924, il fonde le Parti Progressiste avec l’appui du Parti socialiste américain et de la Fédération du Travail. Il obtiendra 16,67 % des voix.

 [14] Cf Protokoll der Konferenz der Erweiterten Exekutive der Kommunistischen Internationale, Moskau, 12-13 juni 1923

 [15] Cette théorisation sera faite en particulier par Boukharine à partir du V Exécutif élargi en mars 1925 (voir à ce propos la deuxième partie des Thèses de Lyon).

 [16] Trotsky, lui, aurait voulu que l’on utilisât les "formules algébriques" du "front unique" et du "gouvernement ouvrier", pour les dépasser immédiatement et poser dans toute son ampleur le problème urgent de la conquête révolutionnaire du pouvoir. On trouvera un rappel du brillant exposé de cette interprétation audacieuse de Trotsky, ainsi que de nos objections à son égard, dans un article du représentant de la Gauche, "La politique de l’Internationale", publié dans L’Unità n° 15, octobre 1925 et dans Comunismo n° 15,1984 ("Appunti per la Storia de la Sinistra").

 [17] Voir le compte rendu de ce débat véhément ainsi que le texte des résolution embarrassées auxquelles il donna lieu dans Die Lehren der deutschen Ereignissen. Das Prasidium des Exekutivkomitees der Kommunistischen Internationale zur deutschen Frage. Hamburg, janvier 1924.

 [18] Toutes ces citations du discours du représentant de la Gauche au V Congrès de l’Internationale sont reproduites d’après le compte rendu sténographique allemand (p394-406). Le texte italien reproduit dans les n°7-8 (1924) de Stato Operaio est incomplet, et le compte rendu français est scandaleusement mutilé. Le texte complet du discours est publié dans notre organe italien Il Programma Comunista (La Sinistra nel cammino della rivoluzione, numéros 15-22 de 1970 et n° 1 de 1971) dans le n° 19 de 1970, et dans Programme Communiste dans le numéro double 53-54 (octobre 1971- mars1972) p 60, mais ce n’est pas cette traduction qui est reprise ici.

 [19] A la fin de 1924, les résultats des élections présidentielles ayant été moins bons que prévus, la direction de "gauche" du KPD regrettera, dans une résolution publique, de ne pas avoir suivi le conseil de l’Internationale Communiste d’amener la « classe ouvrière allemande à s’unir sur le nom d’un candidat républicain militant dans la lutte contre la réaction en faisant bloc avec les vrais partisans de la république sur un programme républicain minimum ». On revenait ainsi exactement au "gouvernement ouvrier" compris comme une combinaison parlementaire même avec des partis bourgeois, contre le péril "monarchique" incarné par… Hindenburg.

 [20] Idem.

 [21] Cf Thèses de Lyon, III Question italiennes, Oeuvre de la Gauche à la direction du parti.

 [22] Cf Thèses de Lyon, III Question italiennes, La situation en Italie(1926). Le parti socialiste italien se divisait traditionnellement en deux courants : celui des réformistes avoués (Turati, Treves, Modigliani) et celui des maximalistes (Serrati, Lazzari, Riboldi). Apparemment plus radical, ce dernier avait donné son adhésion platonique à l’Internationale Communiste avant la constitution, autour de la Fraction Communiste, du véritable parti communiste en janvier 1921 au congrès de Livourne. Mais en fait, par son refus obstiné de se séparer du courant réformiste, il montrait qu’il était plus proche du réformisme que du communisme : son radicalisme verbal, superficiel et équivoque, entretenait la confusion dans les rangs ouvriers, ce qu’on ne pouvait au moins reprocher aux réformistes déclarés.

 [23] Notre bataille désespérée, seuls contre tous, au VI Exécutif élargi de l’Internationale, devra faire et fera l’objet d’une exposition ultérieure. Les principaux extraits des interventions du représentant de la Gauche ont été publiés dans Programme Communiste n° 55 p 71. On peut les consulter dans le Protokoll Erweiterte Executive… Moskau, 17 Februar bis 15 Marz 1926.